Le Brexit et la démocratie pour les nuls


Encore une colère du mercredi…ça ne va pas du tout, des cretins trollesques m’obligent à tout bouleverser ma ligne éditoriale. Bon d’accord je n’ai pas de ligne éditoriale, je ne sais même pas ce que c’est, mais ce n’est pas une excuse pour venir m’embêter avant jeudi (et les colères du jeudi donc, pour ceux qui ne connaissent pas). Figurez-vous que la presse française, tout comme celle du monde entier (à la différence de la pravda BBC et des autres médias britanniques) a rapporté la manifestation des citoyens européens en UK et des britanniques en EU ce lundi, devant chez Zaza et à Westminster. Comme le sujet m’intéresse un chouïa, je suis allée voir et c’est là que j’ai commis une erreur de débutante. Pourtant je le sais depuis 2 ans, au moins, il ne faut jamais, au grand jamais, lire les commentaires sous peine de nausées intenses. Je me sens vaseuse devant ce déferlement de haine souvent hors de propos, de bêtise crasse et d’extrémisme malsain. Mais j’ai quand même décidé de leur répondre à tous ces braves trolls qui glapissent qu’on ne respecte pas la démocratie, si ça peut aider…

Le Brexit et la démocratie pour les nuls

Source

Déjà, et je comprends que ça les choque, mais vous allez rire, le système électoral britannique ne suit pas à la virgule près la constitution française. Ah ben ça alors, qui l’eu cru? En Grande-Bretagne, contrairement à la France, un référendum n’a strictement aucune valeur si le parlement ne le précise pas. Comme par exemple celui du Brexit qui légalement était purement consultatif. Personne n’obligeait qui que ce soit à tenir compte du résultat. Tous les donneurs de leçon qui meuglent avec des accents d’oies effarouchées qu’on ne respecte pas la démocratie, ils en pensent quoi d’un avis qui s’impose au mépris de la loi? Surtout qu’un des arguments préférés des brexiters, c’était de redonner au parlement britannique le pouvoir qu’il n’avait jamais perdu, jusqu’à ce qu’eux-mêmes décident donc de s’en passer pour imposer le résultat consultatif de leur referendum. C’est bizarre quand même, comme conception de la démocratie. Mais il y a mieux. Comme l’a très justement expliqué le sénateur des français de l’étranger Olivier Cadic au Sénat, les ressortissants du common wealth en Grande Bretagne pour minimum 6 mois (étudiants ou stagiaires par exemple) qui n’en avaient strictement rien à faire du brexit et de l’Europe, ont eu le droit de voter pour ce grand exercice démocratique. Pas les européens en UK, ni les britanniques en EU, qui sont pourtant les premiers concernés. Ils en pensent quoi, les abrutis qui hurlent au déni de démocratie quand on ose manifester devant Westminster? Ça leur dirait que leur prochain président soit élu par des touristes ouzbeks? Ça leur semblera toujours aussi démocratique?

Tiens, au fait, puisqu’on parle d’interventions étrangères dans un scrutin…les petits encouragements amicaux des russes à Trump, c’est du pipi de chat comparé à leur arrosage systématique et illégal de la campagne pour le brexit. Ça ne pose aucun problème à nos zélotes de la démocratie-quand-ça- les-arrange qu’un vote soit acheté par un pays étranger et pas forcément ami? Ni que la commission électorale ait établi que la campagne du leave a piétiné sans aucune gêne la loi au point qu’un de leurs meneurs est aujourd’hui confronté à une enquête criminelle? Ils sont toujours là, les défenseurs auto-proclamés de la démocratie qui nous intiment de nous taire pendant qu’ils défendent, au mieux des tricheurs, au pire des criminels? Et depuis quand la démocratie s’arrête, on vote une fois et c’est fini? Non parce que, ça va poser problème avec les élus, si on ne vote qu’une seule fois pour les désigner. Il va falloir les empailler pour qu’ils durent éternellement comme ça…vu que visiblement, d’après nos grands spécialistes, la démocratie consiste à ne jamais changer d’avis, à ne jamais revoter, et bien sûr à fermer sa gueule pour toujours qu’on est dans l’opposition. Évidemment, c’est ce qu’ils font, nos merveilleux démocrates, ils ne critiquent jamais un élu qu’ils n’aiment pas ou une loi qui ne les enchante pas. C’est bien connu, museler l’opposition, c’est démocratique.

Mais surtout, surtout, ces donneurs de leçons démocratiques devraient, sinon lire ce qu’ils commentent avec autant de mauvaise foi véhémence, au moins revenir à mon introduction, là haut. Ils ont vu ça où, qu’on contestait le référendum? Sérieusement? Évidemment pour beaucoup, dont moi, le brexit est une connerie abyssale qui plonge un pays que j’aimais profondément dans le chaos économique et l’abandonne aux fascistes, mais ce n’est pas le propos. Les européens en UK et les britanniques en EU ne se mêlent pas de ça, ils réclament juste que, accord ou pas accord, brexit ou pas brexit, leurs droits ne changent pas. C’est tout. Pour le reste, ça me fend le cœur, mais si ça amuse les brexiters de creuser leur propre tombe et de s’étouffer dans leur nationalisme puant, ça les regarde. On ne réclame pas un traitement de faveur, mais que les règles qui s’appliquent à nous ne soient pas changées a posteriori, ce qui d’ailleurs nous a été promis maintes fois par les brexiters au moment du référendum. Bizarrement, ça leur est sorti de l’esprit…. En quoi c’est anti démocratique, de simplement vouloir rester où on est, avec sa famille?


wallpaper-1019588
Croisière d’observation des baleines à Newport Beach
wallpaper-1019588
LE guide ultime pour les parents voyageurs
wallpaper-1019588
Sortie romantique à Paris : le diner croisière sur la Seine !
wallpaper-1019588
Japon : Tokyo – Quartier Shinjuku
wallpaper-1019588
Mes bonnes adresses de restaurants à Montréal
wallpaper-1019588
5 choses à faire en République Dominicaine
wallpaper-1019588
71 ans de Lizzie et Philou!
wallpaper-1019588
Mes coups de coeur pendant ma semaine dans la baie de Quiberon