Bref, j’ai eu un rencard avec un thaïlandais.

Bousculons les codes… alors pourquoi ne pas ‘chercher’ un petit copain thaïlandais… ou du moins décrocher (et assurer) un premier rendez-vous avec un garçon thaï?

NB: la photo de l’article n’a absoument rien à voir avec l’article mais je la trouvais cool 😀

C’est drôle: lorsque l’on effectue ce type de recherche sur Google, on tombe principalement sur des articles du type « premier rendez-vous avec une thaïlandaise », « draguer une thaïlandaise« , « trouver une copine thaïlandaise »… ce qui est assez représentatif de ce que l’on voit en Thaïlande: des hommes blancs avec des femmes thaïlandaises. C’est cliché, mais on aperçoit très très très rarement l’inverse!

Et ce n’est pas si ‘facile’ à trouver… Si je sors (bar, boite, festival ou n’importe quel autre lieu de festivité – c’est vrai, avec un public plutôt étranger –, les filles thaïlandaises seront plus que présentes. Et les gars sont où??? Vianney vous répondra ‘pas là’.

Mais si on se permet d’en rencontrer dans d’autres contexte que les soirées (au sport, au travail, au café, sur Tinder, etc.), d’autres critères interviennent et limitent ainsi le choix:

  • La langue: il faut qu’il parle un anglais correct. Personnellement, je trouve cela plus pratique 😉 .
  • Le physique: c’est bête, et je suis désolée pour eux, mais c’est rare de trouver des filles qui affirmeront que les thaïlandais sont plus à leur goût (en général, car il y aura toujours plein d’exceptions) que pas mal d’occidentaux ou d’asiatiques des pays avoisinants.
  • La timidité: c’est gênant, de mon point de vue, d’aller parler à un garçon qui sera gêné et baissera la tête si je lui adresse la parole.
  • Le machisme: en tant qu’expatriée, j’ai 95% de chances de gagner plus que le garçon… ce qui ne me dérange pas personnellement, mais ce n’est pas dans les codes locaux.

Cependant, je n’aime pas faire de globalité: même si le choix est, à mon goût, limité, c’est possible de trouver des gars thaïlandais qui sortent du lot!

Et… après deux années sur Bangkok, j’ai tenté un premier rencard avec un thaïlandais qui me paraissait sortir du lot: mignon, totalement bilingue et qui s’affirmait très ‘occidental’ dans sa façon d’être! Enfin, c’est ce qui m’a été vendu sur le papier.

Voici tous les critères qui font que je n’ai eu qu’un seul rendez-vous avec un thaïlandais:

  1. Le lieu de rendez-vous. Il me propose de se rejoindre à 17h30 devant Eat Am Are (chaîne de ‘fast-food’ thaïlandaise). Malgré le fait que je propose d’autres petits restaurants avoisinants, il m’assure que c’est lui le thaïlandais et qu’il va m’apprendre la gastronomie locale. Donc direction Eat Am Are… pour dîner à 17h30.
  2. Les réseaux sociaux. Il était totalement accroché à son téléphone, et passait ses ‘story’ Facebook et Insta à la chaîne, quitte à ne pas me répondre quand je lui parlais.
  3. La bouffe. Lorsque la nourriture arrive sur la table, il recouvre littéralement le peu de nourriture saine de ketchup et de piment (cliché mais tellement thaï…). Il me propose de faire de même. Je refuse poliment. Il insiste. Je refuse de nouveau. Il a eu l’air sincèrement déçu par mon manque d’ouverture d’esprit.
  4. La timidité. Malgré le fait qu’il ne lançait pas la conversation, le principal problème est qu’il avait la même réaction à chaque fois que je posais une question toute simple: il souriait, il balançait la tête (en la baissant) et faisait un rire gêné.
  5. Ses centres d’intérêt. Je n’ai pas eu beaucoup de question de sa part, mais j’ai eu droit aux suivantes: « tu gagnes combien? », « combien coûte ton appart? », « combien a coûté ton scooter? », « combien a coûté ton portable? »…
  6. Chez toi ou chez moi. Bref après une heure plutôt longue, on quitte les Eat Am Are pour rentrer chacun chez soi. Il me demande si il peut venir chez moi pour passer la nuit. Je réponds poliment que non je ne préfère pas. Voici ce qu’il me répond, surpris: « Pourquoi je ne peux pas venir dormir chez toi? Je suis pourtant venu jusqu’ici pour te voir, et je vais arriver très tard chez moi. » Pour ceux qui pensent que je n’ai pas de coeur, je tiens à rappeler qu’il était moins de 19h et qu’il habitait à 30min de trajet.

Etonnamment, nous n’avons pas donné suite à ce rendez-vous… Je ne suis pas sûre de persister avec les thaïlandais… enfin, qui sait quelle surprise l’avenir pourrait réserver?


wallpaper-1019588
Ko Pha Ngan stories #1 : Baan Thongsala
wallpaper-1019588
4 ans et demi
wallpaper-1019588
Timberland
wallpaper-1019588
To my EU friends in the UK
wallpaper-1019588
Investir dans l’immobilier depuis les USA avec la Start-Up Ever Invest + Interview
wallpaper-1019588
Scènes de vie ordinaire
wallpaper-1019588
Visiter Pompéi au cours d’un week-end à Naples en Italie
wallpaper-1019588
Le Bassin