Anonymity


La semaine dernière, ma copine Zenopia parlait de l’anonymat quand on est blogueuse ou plutôt de la perte d’anonymat. C’est ici.  Je voulais y revenir aussi, parce que je me suis faite interpellée il y a peu sur une des pages Facebook où je vais traîner et où donc je suis identifiée comme Pomdepin. La personne en question a rejeté d’un revers de clavier méprisant mon argumentaire sans même le lire parce que je cite, je n’utilise pas mon vrai patronyme mais un « nom de plume ». Au départ, j’ai été ravie. Nom de plume, j’adore. Ça a un petit côté volatile intello, style canard à lunettes qui m’a bien fait rire. En plus, c’était en anglais, et j’ai passé 5 bonnes minutes à essayer de prononcer ça avec l’accent de Lizzie. Noâ dé ploûûûm.  Un rien m’amuse. 

Anonymity
Source 

Mais j’ai quand meme été un peu contrariée. Parce que je ne donne pas mon vrai nom, je n’ai pas le droit de participer au débat? Serieusement, sur internet? Je ne veux pas briser les illusions de cette pauvre femme, mais je ne suis pas la seule… Et depuis quand la pertinence d’une réponse est tout entière dans la signature, quelque soit l’argumentaire développé? J’imagine que cette personne refuse aussi de répondre aux gens avant d’avoir été présentée. Si on lui dit bonjour dans la rue (j’habite un village…), elle détourne la tête pour ne pas voir le malotru qui ose lui adresser la parole sans avoir montré ses papiers d’identité? C’est idiot. Si une enclume tombe du ciel et qu’un inconnu lui crie de se pousser pour ne pas se faire écraser, elle va l’ignorer aussi? Espèce de malappris qui veut me sauver la vie sans se présenter d’abord, non je ne me pousserai pas et paf, l’enclume! En quoi le fait que j’écrive ou pas sous mon vrai nom change à ce que j’ai à dire? C’est toujours moi qui l’écris, que je me fasse appeler Pomdepin, Josephine ou canard-à-lunettes! (Le premier qui veut faire une blague et m’appelle canard-à-lunettes, je le mords. Ce qui prouve bien que j’ai des dents et que je ne suis pas un canard et toc!). 

En plus cette pauvre fille est ridicule. Déjà, l’enclume n’est pas du tout mode comme couvre-chef…ça va aller, je suis juste un peu fatiguée en ce moment, je m’égare facilement dans mes délires…je reprends. Je disais donc que c’est d’autant plus ridicule qu’en signant Pomdepin sur les réseaux sociaux je me dévoile beaucoup que si je mettais mon vrai nom. Si vous tapez mon nom sur Google par exemple, il n’y aura strictement rien. J’ai essayé. À la limite, vous allez tomber sur un vieux compte périmé de copains d’avant appartenant à Marichéri ou une photo de ma belle-sœur. Je ne vois pas en quoi ça va vous aider à mieux me connaître. Alors qu’en cherchant avec Pomdepin, vous avez accès à pratiquement toute ma vie, mes opinions, mes goûts, mes colères et mes délires (et encore, je me retiens, parce que là par exemple j’en suis à imaginer un canard à lunettes paré d’une toge et perché sur une enclume. Je vais très bien, j’ai juste besoin de vacances…). Bref, contrairement ce que soutenait cette pauvre fille, en signant Pomdepin, je ne me cachais pas du tout derrière un nom de plume. Si elle n’est pas fichue de lire deux lignes de commentaire sur les réseaux sociaux sans faire des recherches poussées sur la personne qui l’a écrit, franchement je lui ai même facilité la tâche. Parce que mon vrai nom ne lui aurait strictement rien appris alors qu’elle peut toujours aller voir la page de Pomdepin si ça lui fait plaisir. Où elle pourra même lire ce billet d’ailleurs. 

En même temps, pour quelqu’un qui prétendait refuser de lire mon commentaire, elle avait quand même l’air assez vexée…heureusement que je n’utilise que Pomdepin et qu’elle a choisi de m’ignorer sinon elle aurait pu vraiment s’énerver! 


wallpaper-1019588
On déménage à Santa Monica ! Notre nouvel appartement
wallpaper-1019588
Le Vieux-Québec, une balade féérique pour débuter 2017
wallpaper-1019588
Hawaii en images
wallpaper-1019588
La traversé corse de Porto à St Florent
wallpaper-1019588
Playa Mina : trésor caché pour les tortues et la nature
wallpaper-1019588
Mon handicap de l’amitié : lettre à ceux qui sont loin
wallpaper-1019588
Étudier, puis vivre à Mexico City – Par virginie
wallpaper-1019588
Silent Sunday 2017 #24