Veules-les-Roses un village normand atypique

Lors de notre escapade normande, nous avons pris la direction du village de Veules-les-Roses en Seine-Maritime. Cette destination nous avait été chaudement recommandée et nous espérions de tout cœur que celle-ci valait le déplacement depuis Honfleur où nous logions.

C'est au lendemain de notre arrivée en Normandie, après avoir découvert Houlgate que nous avions décidé de prendre la direction du nord de la région.

La veille, après avoir parcouru le circuit des villas Belle Époque, nous avions pris possession de notre très chouette sur la commune d'Equemauville à quelques kilomètres à peine de Honfleur. Une belle surprise pour ce logement rénové très bien situé pour visiter les environs.

Nous ne pouvions pas passer à côté de Honfleur bien évidemment, même si nous connaissions déjà. Durant l'après-midi, nous avons donc redécouvert le port et les quais où il y avait un monde fou en ce week-end prolongé de mai. Par contre, nous n'avions jamais poussé beaucoup plus loin que l'église Sainte-Catherine. Cette fois-ci, entre deux averses, nous avons décidé de gravir le mont Joli. Depuis ce parc boisé, la vue sur Honfleur et la rade du Havre valent vraiment le détour.

Le village atypique de Veules-les-Roses

Après une bonne nuit de sommeil et sous un ciel mi-figue mi-raisin, nous avons pris la direction de Veules-les-Roses. De cet endroit, nous ne savions rien, juste qu'il était classé parmi " les plus beaux villages de France ".

À notre arrivée, nous gagnons les hauteurs du village pour trouver un parking. Depuis ce dernier, le décor est immédiatement planté. Blotti entre deux falaises impressionnantes, Veules-les-Roses nous séduit immédiatement.

Un village très particulier

Niché ici depuis le IVe siècle, il est l'un des plus anciens villages du Pays-de-Caux. Il présente aussi la particularité d'être traversé par le plus petit fleuve de France, la Veules, long de 1100 m. En longeant ce dernier, nous remontons le temps et découvrons l'histoire du bourg. Port de pêche depuis toujours, il connaitra au fil des siècles bien des turpitudes. Malgré tout, il saura aller en permanence de l'avant et prendre un nouvel essor lorsque cela sera nécessaire.

À la fois pêcheurs, meuniers et tisserands, les habitants de Veules-les-Roses auront su se renouveler et s'adapter aux contraintes du temps. Les moulins présents sur la Veules seront par exemple reconvertis dans la fabrication d'huile de colza. Tout le long du petit fleuve, c'est donc tout un pan de l'histoire du village qui s'écoule. Des maisons au toit de chaume, à celles des pêcheurs, s'alternent les moulins avec leur roue à eau, les lavoirs ainsi que les cressonnières. Car ici subsiste encore la culture du cresson qui perdure depuis le 14e siècle.

Plus tard au 19e siècle, grâce à la venue d'une actrice de la Comédie Française, Anaïs Aubert, Veules-les-Roses prend un nouvel essor. Le village devient une station balnéaire en vogue prisée de la bourgeoisie parisienne et des grands artistes de l'époque. Un certain Victor Hugo séjournera ici dans une villa aujourd'hui disparue. De ce temps fastueux, le village hérite de magnifiques demeures aux jardins fleuris de roses par millier. En découlera ainsi le nom actuel du bourg.

Le circuit de découverte

L'office de tourisme met à disposition un dépliant (que l'on peut aussi télécharger). Il permet de parcourir le circuit du plus petit fleuve de France. Le suivre c'est s'assurer de découvrir l'essentiel de Veules-les-Roses et d'en capter toutes les merveilles. Dans le village, le circuit est également balisé à l'aide de panneaux directionnels et à chaque étape, une explication est donnée au voyageur.

Nous démarrons notre parcours depuis le haut des falaises au niveau du parking. De la, nous gagnons la plage. Nous sommes ici à l'embouchure de la Veules où jadis se dressait fièrement un moulin ainsi qu'un casino et la villa de Victor Hugo (elle fut démolie en juin 1940).

Nous découvrions ensuite le village en lui-même a travers les ruelles. nous admirons les belles maisons en pierre et les beaux jardins.Si sur le front de mer il y pas mal de monde, une fois dans le village, le calme reprend ses droits.

Après l'église, nous gagnons les bords de la Veules. Nous admirons ici, les moulins, les villas, les lavoirs, les maisons au toit de chaume. En suivant le sentier, nous arrivons à la source de la Veules ou les champs de cresson sont encore exploités.

Le mot de la fin...

Il est temps pour nous de regagner le parking et de partir pour d'autres aventures normandes. Mais de toute évidence, nous garderons longtemps en mémoire notre visite de Veules-les-Roses. Ce petit village est une perle à découvrir absolument même au prix d'un peu de route, le détour en vaut largement le coup. Veules-les-Roses un village normand atypiqueVeules-les-Roses un village normand atypique

A propos de l'auteur

Partir découvrir de nouveaux horizons. Proches ou lointains, peu importe, tant que cela se fait en famille afin de garder de beaux souvenirs que nous partageons avec vous à travers ce blog.


wallpaper-1019588
La cathédrale de Spire : symbole impérial en Allemagne
wallpaper-1019588
Les meilleures façons de se rendre à l’aéroport
wallpaper-1019588
Week-end au cœur de Cracovie
wallpaper-1019588
Préparer ses futures vacances au ski
wallpaper-1019588
Friday Feelings #329