Thursday Thunder: and Northern Ireland again…

Les habitués le savent, Marichéri et moi sommes arrivés à Dublin en 1997, on y a passé plus de 10 ans et on est profondément attaché à ce pays qu'on considère un peu comme le notre, 3 de nos enfants en ayant la nationalité. Alors ce qui se passe aujourdhui dans l'indifférence générale de Londres me révulse.

Thursday Thunder: and Northern Ireland again…Source

Ça ne faisait que quelques mois qu'on était en Irlande, en république d'Irlande, quand la télévision locale, RTE a interrompu ses programmes: une bombe avait explosé un samedi à Omagh, dans le Nord donc, dans la rue principale, alors que les gens faisaient leurs courses, tout simplement. Ça a été un carnage. On a donné une journée de salaire, comme tous les irlandais du sud, pour aider les survivants. C'était presque banal. Et puis il y a eu ces images affreuses de petites filles, toutes petites filles de 4 ans que les caméras ont suivi jour après jour sur le chemin de leur école catholique, en passant par une rue protestante, se frayant péniblement un chemin entre deux haies d'adultes vociférants. Des gamines de 4 ans couvertes d'insultes immondes, extrêmement violentes, de crachats, de haine par des adultes éructants de bêtise crasse sans aucune retenue, à peine bloqués par la police pour éviter qu'ils passent des mots aux actes. Je n'imagine même pas les dégâts psychologiques sur ces pauvres gosses...Et puis il y avait cet ami, de notre âge, qui avait grandi à Belfast et qui nous a raconté, entre deux anecdote désopilantes sur son boulot et sa vie de famille comme il a vu mourir devant lui un de ses copains alors qu'ils jouaient au foot dans la rue, comme n'importe quel gamin de 10 ans. Une balle perdue donc...pour les irlandais, tous les irlandais, c'était la routine tout ça, une routine très présente et qui les faisait trembler, mais dont ils ne voyaient pas comment sortir. Des centaines d'attentats, de morts, de familles endeuillées, d'un côté comme de l'autre, la violence et la haine permanente pendant des décennies et des décennies sans qu'on en imagine la fin.

Et puis le good Friday agreement a changé les choses, et je peux vous assurer qu'on ressentait presque physiquement le soulagement et l'espoir dans tout le pays, d'un côté comme de l'autre de la frontière, qu'on pouvait d'ailleurs enfin traverser sans problème. C'était pratiquement palpable dans l'air. Seulement le good Friday agreement tient sur un équilibre fragile, très fragile et il est basé sur la législation européenne. Dublin, Bruxelles, et des experts internationaux qui savent de quoi ils parlent, ont prévenu maintes fois Boris Johnson que le brexit allait faire voler en éclats la paix Nord Irlandaise. Soit il ne les a pas crus, soit plus probablement, il s'en fiche. Après tout, sa ministre de l'intérieur a proposé de refaire crever de faim les irlandais si ils devenaient gênants et son ex conseil très spécial, Cumming, a expliqué que les irlandais pouvaient disparaître dans la mer, ça n'était pas le problème de Londres. Sauf que Londres est responsable de la situation actuelle.

Parce que ça n'a pas loupé. L'Irlande du Nord brûle à nouveau. Les attentats et les affrontements reprennent, dans l'indifférence totale de Johnson and Co. Les médias s'en foutent aussi: on ne peut pas parler de ces sauvages de Nord irlandais ni de quoi que ce soit d'ailleurs, alors que le décès du prince Philip monopolisent les antennes 24/7. Un peu de décence voyons, Johnson ne va quand même pas se préoccuper du carnage annoncé qu'il a provoqué par étourderie, incompétence ou pire, de l'autre coté de la mer d'Irlande. Il a consenti à jeter une obole aux unionistes fâchés de s'être fait rouler dans la farine par le brexit, pour qu'ils la ferment et rangent leur cocktails Molotov et puis ça ira bien comme ça. Et si ça ne va pas, il s'en fout, les médias anglais s'en foutent et Dublin n'a qu'à se débrouiller pour régler les problèmes des Nord irlandais alors que justement, un des problèmes en question est bien que l'Irlande du Nord ne fait pas partie de la république d'Irlande et que Dublin n'en est pas responsable! C'est sidérant de cynisme, mais Johnson n'est plus à ça près.

Et pendant ce temps, l'Irlande du Nord brûle encore...


wallpaper-1019588
La cathédrale de Spire : symbole impérial en Allemagne
wallpaper-1019588
Сomment se divertir pendant ses vacances au cœur du Canada ?
wallpaper-1019588
La musique hongkongaise que j’aime
wallpaper-1019588
Сomment se divertir pendant ses vacances au cœur du Canada ?
wallpaper-1019588
Freehand Los Angeles
wallpaper-1019588
The hug
wallpaper-1019588
Guide pratique pour réussir votre voyage à Madagascar
wallpaper-1019588
Mardi Tourisme : Monasterboice et Mellifont Abbey