Heureux les simples d’esprit…

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, je ne vais pas me lancer dans un prêche, je ne suis pas en pleine crise mystique. Juste en pleine crise de nerfs. Et ce titre n'est pas non plus méprisant, c'est tout à fait sincère. Je suis même envieuse de la sérénité dont font preuve certaines personnes, qui ignorent totalement ce qui peut bien se passer plus loin que le bout de leur nez. Ils sont heureux, sûrs d'avoir toujours raison, sûrs de leur bon droit, ils ne s'en font pas pour l'avenir et de toute façon, c'est la faute des autres si ils ont un problème. Bref, ils sont heu-reux. Et moi à côté, avec mes velléités intellos ratées, je suis juste stressée. Clairement, je loupe quelque chose.

Heureux les simples d’esprit…Source

Marichéri qui est un grand philosophe, m'a fait remarquer, alors que je m'étonnais de la naïveté d'une personne qui ne comprenait pas pourquoi l'élection américaine me stressait, puisque je ne suis pas américaine, Marichéri donc, m'a fait remarquer qu'on est bien plus heureux en ne sachant rien qu'en se prenant la tête en continu à traquer la moindre bride d'information, la plus petite analyse, la plus microscopique des études. Mieux encore, en ignorant superbement la politique internationale, l'histoire (parce que bon, ce sont bien des parallèles historiques qui démultiplient mon angoisse), l'économie, et même les droits des autres, on ne s'en fait jamais pour les conséquences. On est très content avec deux ou trois buzzwords qui s'adaptent à tout, on ne s'inquiète pas. C'est merveilleux. En tout cas, ça a l'air beaucoup plus confortable que de se laisser ronger en permanence par le doute et une terreur plus ou moins intense de l'avenir.

Regardez Trump qui crie déjà victoire, il ne se pose jamais de question, il ne doute de rien, mais il n'est clairement pas dépressif, lui. C'est beau, cette assurance chez les gens comme lui, ce mépris pour la réalité dès qu'elle ne colle pas à leurs désirs, ces convictions venues d'on ne sait où mais tellement profondes... Bref, comme dit Marichéri, les gens sont cons certes, mais plus ils sont cons, plus ils sont heureux. Ça doit être tellement reposant d'être aveugle et sourd à tout ce qui pourrait déranger ses certitudes, de ne jamais se poser de question, d'être aussi sûr de soi, de ses croyances, de ne jamais chercher à comprendre, de ne pas s'inquiéter de ne pas comprendre. J'insiste parce que je me rends bien compte que ça ne saute pas aux yeux, mais j'envie la sérénité des gens comme ça, tout à fait sérieusement, il n'y a aucune ironie de ma part.

Et là, alors que je suis en apnée, morte de trouille en imaginant tous les scénarios possibles et imaginables, je me dis qu'ils ont bien de la chance, ces soit disant simples d'esprit. L'intelligence (suffisamment pour ce rendre compte qu'on n'en a pas tant que ça, je veux dire) et la connaissance (assez pour savoir qu'on ne connaît rien), c'est clairement surfait.

Cet article a été publié dans Les colères. Ajoutez ce permalien à vos favoris.


wallpaper-1019588
5 stations de ski pour les non-skieurs à conseiller
wallpaper-1019588
Les 3 meilleurs spots de plongée en Guadeloupe
wallpaper-1019588
Les 3 meilleurs spots de plongée en Guadeloupe
wallpaper-1019588
Saint-Anne d'Auray
wallpaper-1019588
Quoi faire à Oka ?
wallpaper-1019588
Quoi faire à Oka ?
wallpaper-1019588
Mardi Tourisme : la place des 3 cultures
wallpaper-1019588
Se soigner en voyage