L’interview de Caroline, trois ans plus tard en France

En 2014, Caroline partageait avec nous ses impressions sur sa vie au Sri Lanka.

Aujourd’hui, nous revenons vers elle pour faire un bilan de ces dernières années.

L’interview de Caroline, trois ans plus tard en France

Où habites-tu aujourd’hui ?

Depuis mon retour du Sri Lanka et d’Asie du sud-est en octobre 2013, je vis en région parisienne, d’où je suis originaire. Ça m’a semblé important de retrouver mes repères, mes racines et mes proches bien sûr. C’est finalement avec la distance qu’on se rend compte de ce qui est important pour son équilibre personnel.

L’interview de Caroline, trois ans plus tard en France

Qu’est-ce qui a fait que tu sois revenue en France ?

Je suis rentrée en France car mon congé sabbatique se finissait. J’avoue que c’était donc par obligation avant tout… Personnellement, si mon congé et mes finances avaient suivis, j’aurais bien prolongé mon séjour d’au moins le double de temps !

Comment s’est passé ce nouveau départ ?

C’était très facile car je vivais dans mon sac à dos. Donc finalement, je n’ai eu qu’à faire un gros tri pour jeter ou donner ce qui était usé ou inutile en France. J’ai aussi dû prévoir le ralliement à mon aéroport de retour comme j’étais en tour d’Asie mais vraiment rien de très compliqué dans cette partie du monde.

L’interview de Caroline, trois ans plus tard en France

Et au retour en France, comment se sont passées les choses ?

Comme je partais seulement 6 mois, j’avais fait mes calculs avant mon départ et il était plus intéressant que je garde mon appartement (qui était une bonne affaire). Et grand bien m’en a fait car c’était difficile de rentrer, donc de retrouver mon chez-soi et mon intimité était vital pour mon moral… Et en faisant ça, je me suis épargnée aussi les démarches d’un emménagement, de squatter à droite et à gauche ou encore de devoir changer tous mes formulaires administratifs tels que les impôts. Certes, ce n’était pas à moindre coût au final car j’ai mis 6 mois de loyer pour « garder mes meubles » mais ça m’a fait gagner en confort au retour (et avant de partir aussi car je n’ai pas eu à déménager).

Il a ensuite fallu que je me reprenne quand même quelques abonnements (internet, téléphone notamment) mais comme tout se faisait à distance, c’était assez facile et rapide.

T’es-tu facilement réintégré(e) à ton pays ?

Les 3 mois qui ont suivi mon retour ont été très (très) difficiles. Je n’avais pas envie d’être où j’étais.

Je n’aimais plus mon travail qui n’avait plus de sens pour moi (je travaillais dans le marketing). Je me rappelle avoir tapé « Je me casse » plus d’une fois sur Google et m’être retenue quasiment tous les jours de poser ma démission sur un coup de tête… Les relations avec mon chef étaient forcément tendues avec un tel état d’esprit, jusqu’à ce qu’on ait une discussion à cœur ouvert et que je sois d’accord pour chercher un autre poste, plus en adéquation avec ma personnalité.

Au niveau de la famille, j’étais heureuse de la retrouver, pareil pour mes amis. Mais je me sentais en décalage, incomprise. Et pourtant ils étaient tous adorables et attentionnés ! Le temps a fini par faire son travail pour me remettre dans « le mouvement ».

Dans les transports parisiens, je me rappelle aussi avoir eu besoin de beaucoup de temps pour ne plus remarquer que les gens tirent la tronche en permanence ! Je ne comprenais pas pourquoi on s’infligeait autant de tristesse en vivant ici. Et j’avais l’air d’une vraie zombie avec mon large sourire plaqué sur mon visage les premiers jours après mon retour !

Au final, cette espèce de « mini craquage » de retour a duré 3 mois et m’a fait prendre 10 kg !!! Je mangeais pour combler le vide installé avec l’arrêt du voyage au quotidien. Jusqu’à ce que je trouve un nouveau sens à ma vie, de nouvelles passions en adéquation avec qui j’étais devenue suite à ce voyage au « moyen court ».

L’interview de Caroline, trois ans plus tard en France

Que fais-tu aujourd’hui en France ?

J’ai repris le travail 2 semaines après mon retour ! 3 mois après, j’ai annoncé à mon chef que je souhaitais changer de poste. Il a été super car il ne m’a pas poussé dehors pour que je trouve le bon métier. Je travaillais dans un grand groupe donc 1 an et demi après (je cherchais THE poste!), j’ai pris d’autres fonctions. Aujourd’hui, j’ai quitté ce poste et je réfléchis à la suite, avec mille idées de projets entrepreneuriaux et surtout… je me sens heureuse :).

Je continue également mon blog sur le Sri Lanka (www.tongsetsrilanka.com) que j’adore plus que tout. Il fait vraiment sens à ma vie et les retours des abonnés me fait juste sourire tous les matins sans exception. Et ça, ça n’a pas de prix :).

A titre personnel, je continue de voyager dès que je peux, parfois en solo, parfois accompagnée mais le goût d’ailleurs est plus fort que jamais ! Je continue de découvrir notre belle planète, que ça soit à 1 heure de train (la France est magnifique !) ou à 18 heures d’avion de chez moi.
Je me suis également mise au running, qui me procure une sensation de liberté quand je ne suis pas en vadrouille.
Je passe aussi beaucoup plus de temps avec ma maman, l’éloignement pendant le tour d’Asie nous a plus que rapproché et on a aujourd’hui une relation privilégiée que j’adore.
Enfin, j’essaye de passer plus de temps à aider les autres, je tente de rendre les choses meilleures et de partager ce que j’ai pu découvrir pendant mon tour d’Asie et mes voyages suivants.

As-tu l’impression de (re)découvrir la France différemment ?

Depuis mon retour il y a déjà 4 ans, je continue de découvrir des lieux de mon univers quotidien ! Depuis ce tour d’Asie en sac à dos, j’ai appris à observer les lieux qui m’entourent et à remarquer les petits détails même dans mon quartier (une lumière, un ornement, etc.). Et j’adore ça !

J’ai aussi pris la mesure de la chance qu’on a en France de tellement bien manger… Non mais c’est vrai, hormis l’Italie que je peux mettre à hauteur de la France en termes de gastronomie, notre pays est un paradis culinaire !
J’apprécie aussi depuis mon retour la chance qu’on a de pouvoir se faire soigner presque gratuitement. Surtout quand j’ai vu une connaissance de voyage se faire facturer 650€ pour avoir passé 6h dans un hôpital privé au Cambodge… C’est une vraie chance d’avoir notre système de santé.

Par contre, depuis mon retour, je me rends compte que beaucoup de gens se frustrent et ont peur de l’inconnu. Un peu de voyage, une touche de nouvelles rencontres, même pas forcément très loin de chez soi, ça ouvre tellement l’esprit ! Et je pense que ça rend plus heureux car là où je vis, j’ai l’impression que la majorité des gens subissent leur vie plutôt que n’en profitent pleinement.

Quel serait ton bilan général de ces 4 années passées ?

Le virus du voyage est présent plus que jamais ! C’est fou car le temps ne l’altère pas du tout 😉

Egalement, après un retour compliqué comme je le disais plus haut, j’ai eu le temps de continuer à grandir pendant ces 4 dernières années. A 31 ans, je continue d’apprendre, de m’émerveiller et surtout je prends désormais le temps de vivre, d’apprécier, de savourer les instants et moments passés avec les gens.

Ce tour d’Asie m’a fait grandir d’un coup et il a clairement changé ma vie. Tout n’a toujours été facile pendant ce périple mais je n’en changerais pas une seule seconde si cela était possible.

Aujourd’hui, je me connais davantage, je sais où sont mes forces et mes limites, j’ai conscience de certains points que je dois améliorer, j’apprends de mes erreurs, j’ose demander quand j’ai envie de faire quelque chose, et cela sans hésiter. J’ose sortir du modèle imposé par la société sur plein de points et à ne pas m’en cacher. Cette expérience de 6 mois en Asie dont 3 mois au Sri Lanka a été finalement le début d’une très grande aventure personnelle : être moi-même à 100% et donc heureuse !

Merci pour ces réponses et bonne continuation !


wallpaper-1019588
6 choses à faire pour vivre à San Diego comme un local
wallpaper-1019588
PORTRAIT DE VOYAGEURS | Janie & Christine
wallpaper-1019588
Vienne - Le parc floral de Hirschstetten au fil des saisons
wallpaper-1019588
Episode 3 Le visa, un long fleuve tranquille : le défi
wallpaper-1019588
La légèreté
wallpaper-1019588
Séjour à Barcelone : 5 choses à faire autour de Barcelone
wallpaper-1019588
Témoignage : Alex et sa famille sur la route mandarine
wallpaper-1019588
Voyage aux Bahamas : que voir et que faire ?