Kutnà Hora

Une journée d’excursion à Kutnà Hora

17 mars 2018

Kutna Hora

Nous nous réveillons sous un ciel laiteux uni, il a neigé toute la nuit et les toits de Prague sont recouverts d’un beau manteau neigeux. Mais, nous profiterons de Prague demain, aujourd’hui nous avons prévu une excursion dans la ville de Kutnà Hora, surnommée la « Petite Prague ». Elle fut longtemps la concurrente de Prague grâce à ses mines d’argent jusqu’au 15e siècle, ce qui lui permit de construire la magnifique église Sainte-Barbe. Classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, Kutnà Hora mérite clairement le détour pour sa richesse architecturale. La découvrir sous la neige fut notre petit bonus.


L’Eglise de l’Assomption de Notre-Dame de Sedlec

Sedlec est situé dans la banlieue de Kutnà Hora, son église et l’ossuaire sont les principaux monuments à visiter. L’église de l’Assomption de Sedlec fait partie de l’abbaye cistercienne de Sedlec, qui atteignit son apogée à la fin du 13e siècle. Elle s’était établie sur un territoire fortement peuplée et comprenait plusieurs petites églises, un couvent, un petit village et des fermes. C’est un des premiers exemples d’architecture gothique en Bohème et la plus grande structure religieuse du pays jusqu’à la construction de la cathédrale Saint-Guy de Prague.

Orgue église ND de l'AssomptionVoûte église ND de l'AssomptionEglise ND de l'Assomption

Mais aujourd’hui, il ne reste plus aucune trace des 150 premières années de la communauté cistercienne, si ce n’est l’église et l’ancien couvent baroque (également fabrique de tabac depuis 1812). La guerre hussite fut fatidique pour le monastère, l’ancienne église de Notre-Dame fut incendiée, le monastère dévasté et la communauté des moines dispersée. L’église resta sous les décombres pendant 300 ans, jusqu’en 1699, lorsqu’elle fut restaurée dans le style baroque, tout en préservant le style d’origine gothique lorsque cela était possible. Une des restaurations les plus emblématiques est sa voûte nervurée complexe réalisée par l’architecte Jan Blažej Santini-Aichel. Aussi dénommée « cathédrale » par ses dimensions, l’église de l’Assomption est aujourd’hui un savant mélange de style gothique et baroque.

Nef de l'église ND de l'AssomptionEglise ND de l'AssomptionRelique d'un martyr moine cistercien

L’ossuaire de Sedlec

L’ossuaire de Sedlec est une chapelle souterraine située sous le cimetière de Tous les Saints et faisait également partie à l’origine du monastère cistercien de Sedlec. Selon la légende, un abbé fut envoyé à Jérusalem vers l’an 1278 et ramena de la terre sainte une poignet de terre du Golgotha qu’il dispersa dans le cimetière de Sedlec. Dés lors, de nombreux Européens voulurent y être enterrés et le cimetière dû être agrandi après les grandes pandémies du 14e siècle. Après les guerres hussites, on compta plus de 40 000 corps inhumés. A la fin du 15e siècle le cimetière fut réduit en superficie et les ossements des tombes supprimées déplacés dans l’ossuaire. Une seconde légende raconte qu’un moine aveugle entreprit de créer des pyramides avec ces ossements et ces crânes, ce qui lui valut de retrouver la vue…

Sculptures en ossementsOssuaire de SedlecBlason des Schwarzenberg

C’est lors de la restauration de l’église de Sedlec par l’architecte Jan Blažej Santini-Aichel au 18e siècle que l’ossuaire prit une forme décorative baroque, avec des guirlandes d’os, des bougeoirs et des symboles liturgiques. Après le rachat de l’abbaye par la famille Schwarzenberg d’Orlík, l’ossuaire fut entretenu et agrandi en 1870 par František Rint, un sculpteur sur bois et charpentier. Il entreprit de désinfecter et blanchir à la chaux tous les os, et de les placer dans des motifs originaux, comme le lustre au milieu de la chapelle ou bien le blason des Schwarzenberg. Cette chapelle est tellement singulière que c’est aujourd’hui un des lieux de République-Tchèque le plus visité.

Pyramide d'ossements

Après cette première visite du quartier de Sedlec et notre arrivée dans le centre ville de Kutnà Hora, nous avons faim et souhaitons nous réchauffer. Direction l’auberge médiévale de Kutnà Hora, Pivnice Dačický, un restaurant à la cuisine traditionnelle et l’un des plus réputés de la ville.

Bières Pivnice DacickySoupeGoulache sanglier

La grande salle est conviviale (bien que bruyante), la bière est bonne et les plats chauds et réconfortants. On ne demande rien de mieux ! Ce sera une soupe du jour et un goulache de sanglier aux canneberges et boulettes de pain d’épice pour moi.


Balade dans les rues de Kutnà Hora

Après un repas bien chaud, il est temps de découvrir le centre-ville de Kutnà Hora. A noter, depuis la station ferroviaire, le centre-ville de Kutnà Hora est à environ 500 mètres, situé sur une petite colline. Nous découvrons ces rues et ruelles pavées sous la neige et un ciel gris, les façades colorées des maisons égayants ce décor. Les architectures gothiques et baroques se mêlent, donnant un certain charme à la ville.

Musée de l'Argent et de la MineRue BarborskaPlace Palackeho

Plusieurs petits musées ont pris place dans les plus belles demeures du centre-ville. On trouve, entre autres, le Musée de l’Argent et de la Mine, le Musée de Bohème centrale et le Musée de Kutnà Hora. Pour la petite histoire, Kutnà Hora connue un essor fulgurant au 13e siècle. C’est la « ruée vers l’argent », les prospecteurs d’Europe centrale se précipitent sur les gisements découverts. Le roi Venceslas II fait même frapper une nouvelle monnaie, le groschen de Prague, à Kutnà Hora, dans le bâtiment actuellement appelé la Cour Italienne. Le déclin de la ville commence au 15e siècle, à cause des guerres hussites qui font fuir beaucoup de mineurs catholiques, mais surtout à cause de la découverte de filons beaucoup plus rentables à Jàchymov.

Rue BarborskaRuelle Kutna HoraRue Barborska

L’Eglise Sainte-Barbe

Pour accéder à l’église Sainte-Barbe, il faut longer le Collège des Jésuites par la rue Barborská, une rue pavée dominant la rivière Vrchlice et bordée par une rangée de statue. Avec le ciel gris et la neige qui tombe à gros flocons, avec l’église en arrière-plan, on se croirait plongé dans un conte de fées. Cette église fut construite vers la fin du 14e siècle, afin de concurrencer l’abbaye de Sedlec mais aussi Prague, et est dédiée à la Sainte patronne Barbara, celle qui protège ceux exerçant une profession dangereuse (mineur, artilleur, sapeur…). On trouve d’ailleurs à l’intérieur des peintures murales illustrant le travail de la mine et la frappe de la monnaie.

Eglise Ste Barbe et Collège des JésuitesEglise Ste Barbe

Plusieurs bâtisseurs contribuèrent à la construction de l’église, avec entre autres, Benedikt Ried qui fut à l’origine de la toiture en forme de triple tente, de la galerie supérieure et de la voûte en entrelacs avec ses dessins. Les travaux furent suspendus au 16e siècle lorsque les mines de Kutna Hora s’épuisèrent, il y eu alors de nombreuses reconstructions et remplacements. L’église Sainte-Barbe est un magnifique exemple de gothique tardif, mais on y trouve également des aménagements dans le style baroque, comme la nef avec sa chaire aux boiseries baroques. Ne manquez absolument pas la visite de cette magnifique église (aussi appelée Cathédrale de part ses dimensions), ni dans son petit parc pour bénéficier d’une superbe vue sur son architecture extérieure.

Peintures VoûteVitrail de l'église Ste BarbeNef Eglise Ste Barbe

Ayant visité Prague à pied ou en transports en commun, nous continuons sur notre lancée en nous rendant à Kutnà Hora en train, sachant qu’il y a aussi la possibilité de s’y rendre en car ou en voiture.

  • En train depuis Prague : depuis la Gare Centrale de Prague, il faut prendre un billet pour la gare de Kutná Hora hl.n., située sur la ligne de train Praha – Brno. Il y a environ un train toutes les heures, ou toutes les deux heures en période creuse. Comptez une heure de trajet.
  • La gare de Kutná Hora hl.n. est la gare principale de la ville mais située à la périphérie. Pour accéder aux lieux touristiques de Kutnà Hora, il faut ensuite emprunter un petit train sans pilote desservant les deux stations de la ville sur une ligne ferroviaire à voie unique : Kutná Hora-Sedlec (pour l’église de l’Assomption et l’Ossuaire) et Kutná Hora město (pour le centre-ville et l’église Ste-Barbe). Avec le billet de train Praha-Kutnà Hora on peut prendre cette navette sans supplément. Attention, les horaires affichés ne sont qu’en Tchèque et la fréquence de cette petite ligne semble très faible, avec un passage toutes heures, donc prévoyez assez de temps pour retourner à la gare principale pour ne pas rater votre train retour !
Gare de Kutna Hora hl nKutna Hora-mesto - Kutna Hora-SedlecGare de Kutna Hora mesto

En effet, à l’aller nous avons eu assez de chance : nous avons pu monter dans le petit train depuis la gare principale jusqu’à Sedlec. Puis, de Sedlec à Kutná Hora město, nous avons attendu dans le froid pendant 15 minutes (simple abri), avant de voir le train arriver. Au retour en revanche, le train qui nous souhaitions prendre pour nous ramener à la gare principale ne circulait pas ce jour-là (chose que nous avons comprise une fois à la station en fin de journée). Ce qui nous a valu une loooongue traversée de la ville à pied, sous la neige et avec l’angoisse de manquer le train retour jusqu’à Prague…

  • A pied, comptez 15 minutes de marche entre la gare principale Kutná Hora hl.n. et le quartier de Sedlec ; puis 25 minutes de marche entre le quartier de Sedlec et la station du centre-ville Kutná Hora město.

L’article Kutnà Hora est apparu en premier sur Au bout de la route.


wallpaper-1019588
La Thaïlande améliore la culture des crevettes à faible échange d’eau
wallpaper-1019588
Mont Katahdin, une randonnée au sommet du Maine!
wallpaper-1019588
Le port de Doëlan au printemps
wallpaper-1019588
Découverte de la ville impériale de Spire en Allemagne