10 juin – test PCR et chatouillage de narines

Le compte à rebours a commencé. Demain soir, je rentre en Suisse pour quelques semaines. Nicolas me rejoindra d'ici fin juin. Nous sommes chanceux.

Mais qui dit retour dit logistique... Au programme, nous devons en effet :

  • avoir fait d'un test PCR moins de 72 h avant le vol - j'y suis allée ce matin. Ce n'était pas super agréable mais il va falloir s'y habituer, ce n'est que le premier d'une longue série ;
  • avoir rempli une déclaration de voyage ;
  • préparer nos documents de vaccination ;
  • et préparer les valises pour le voyage et pour la quarantaine qui suivra.

Mais ce n'est pas tout. Nous devons encore préparer le retour à Hong Kong.

Avant le départ de Suisse, nous devrons donc faire à nouveau un test PCR Covid datant de moins de 72 heures avant notre vol. S'il est positif, nous ne pourrons pas embarquer (et nous perdrons l'argent du vol et de la quarantaine... donc on croise les doigts). S'il est négatif, on aura le feu vert.

Nous avons donc cherché un labo pour le faire. Rien de bien compliqué jusque là... mais on ne peut pas choisir n'importe quel labo, puisque les résultats devront être rédigés en anglais et qu'il faudra que nous ayons la preuve que le laboratoire est bien accrédité ISO 15189 et reconnu par le gouvernement. On a donc fait nos petits mails en avance pour trouver le labo qui coche tous les critères.

Et surtout... le sésame, pour le retour, c'est une preuve de réservation pour un hôtel de quarantaine. On ne peut pas prendre notre avion sans cela. Ce n'est pas une sinécure. Il n'y a pas beaucoup d'hôtels accrédités et en été, la demande est forte. Heureusement, nous nous y sommes pris en avance et nous sommes donc en règle.

À notre retour à Hong Kong, nous serons à nouveau soumis à un test Covid, afin d'accéder à l'immigration et à la zone des bagages. Si le test est positif (nous espérons que non), nous serons admis dans un centre gouvernemental (hôpital ou centre de quarantaine si asymptomatiques)... et ce pour une durée indéterminée, puisque les autorités gardent les gens jusqu'à ce que les tests effectués révèlent un taux de virus suffisamment bas ainsi que la présence d'anticorps. Cela peut donc durer de 3 jours à plusieurs semaines, dans certains cas. C'est très variable en fonction des gens et de leur morphologie - merci le Covid long...

Si le test est négatif, nous serons conduits sur notre lieu de quarantaine, et équipés de notre beau bracelet électronique. Comme nous sommes vaccinés, nous n'aurons que 14 jours de quarantaine à faire au lieu de 21, suivis de 7 jours d'auto-observation à la maison. Pendant la quarantaine, nous aurons également quatre autres tests PCR à faire.

Bref... tout un voyage qui commence.

Le stress, c'est surtout qu'il ne faut pas que nous attrapions le Covid pendant notre séjour. Le problème n'est pas de tomber malade. En étant vacciné, les symptômes seront minimes ou inexistants. Le souci principal, c'est d'être porteur. En effet, si cela arrive - nous perdrons le droit de revenir, la réservation pour l'hôtel de quarantaine, l'argent du billet et de l'hôtel... et qu'il faudra tout recommencer le processus. Il faudra donc rester très prudents. Ce ne sera pas une mince affaire, avec ce sentiment de libération qui touche l'Europe, entre la baisse des cas et l'arrivée des beaux jours.

Mais malgré la paperasse et l'organisation, on a hâte de rentrer et de voir la famille!


wallpaper-1019588
La cathédrale de Spire : symbole impérial en Allemagne
wallpaper-1019588
Thursday thunder: je ne fais pas colo!
wallpaper-1019588
Que visiter à Cannes ? Le top 5 des incontournables
wallpaper-1019588
La sortie scolaire: l’interview
wallpaper-1019588
Ail des ours