La French connexion de l’Altpörtel de Spire

Tweet

L’Altpörtel de Spire est un des monuments les plus emblématiques de la ville rhénane. C’est aussi l’une des portes de ville les plus impressionnantes des pays allemands, aux côtés de la Martinstor à Fribourg-en-Brisgau, la Spalentor à Bâle (Suisse) et le Dolder à Riquewihr (Alsace). Au 17e siècle, la porte a bien failli disparaître, l’occupant français ayant prévu de la dynamiter. Il a fallu un miracle pour qu’elle ne partage pas le triste sort des fortifications de Spire…

L’Altpörtel, une monumentale entrée dans Spire

C’est une tour que j’aimais beaucoup gravir quand j’habitais Spire. Vers la fin des années 1980, on a réalisé des travaux d’aménagement à l’intérieur pour rendre public l’accès à la galerie supérieure. Pour moi qui aime admirer les villes d’en-haut, j’en ai gardé de bons souvenirs… et malheureusement aucune photo (c’était bien avant l’apparition du numérique !)

Mais comme enfant, j’aimais dessiner, j’ai ainsi immortalisé mon Altpörtel :

Altpörtel © Pierre Guernier

Mon dessin d’enfant de l’Altpörtel © Pierre Guernier

La vieille porte (l’Altpörtel) est une des plus hautes (55 m) d’Allemagne. A ma connaissance, elle était la plus haute des portes de ville en Allemagne jusqu’au rehaussement de 1901 des portes fortifiées de Fribourg-en-Brisgau : la Martinstor (66 m) et la Schwabentor (65 m).

On mesure la grandeur du monument de part et d’autre de la porte :

  • depuis la Postplatz (la place de la Poste), en venant de Landau et de France.
  • depuis la Maximilianstraße, voie triomphale de Spire qui relie l’Altpörtel à la cathédrale impériale.

La Postplatz

La Postplatz (place de la Poste) tient son nom de l’ancienne poste, sur la gauche de l’Altpörtel. L’imposant édifice néo-baroque fut construit en 1901. Remarquez la toiture à la Mansart (“à la mode française“) avec les lucarnes œil-de-bœuf. Depuis 2012, l’ancienne poste désaffectée est devenue un centre commercial.

La Postplatz vue de l'Altpörtel. Photo by Immanuel Giel (Public Domain)

La Postplatz vue de l’Altpörtel. Photo by Immanuel Giel (Public Domain)

La place est très curieuse avec la représentation de trois styles architecturaux différents :

  • médiéval (Altpörtel),
  • néo-Renaissance (le bâtiment rouge du Altpörtel-Café, 1860)
  • et néo-baroque (la poste).
Altpörtel de Spire vue de la Postplatz © BlueBreezeWiki - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Altpörtel de Spire vue de la Postplatz © BlueBreezeWiki – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons


L’Altpörtel de Spire, porte d’entrée dans la cité impériale

Observons maintenant l’Altpörtel de Spire de plus près.

La partie basse est naturellement la plus ancienne… elle fut construite entre 1230 et 1250. Le dernier étage, une galerie avec des arcades de style gothique tardif, fut ajouté entre 1512 et 1514. Enfin, le toit escarpé muni de lucarnes fut monté en 1708. Il est coiffé d’un gros lanternon.

Le toit de l'Altpörtel © AnRo0002 - licence [CC0] from Wikimedia Commons

Le toit de l’Altpörtel © AnRo0002 – licence [CC0] from Wikimedia Commons

Avec ses meurtrières, la face campagne de l’Altpörtel (depuis la Postplatz) est assez austère. Il est néanmoins orné d’une double horloge.

L'horloge de l'Altpörtel (côté ville) © AnRo0002 - licence [CC0] from Wikimedia Commons

L’horloge de l’Altpörtel (côté ville) © AnRo0002 – licence [CC0] from Wikimedia Commons

Sur la gauche, une maison à pignons à volutes de couleur rouge flanque la porte, ajoutant une touche baroque à l’ensemble médiéval.

La face ville (depuis la Maximilianstraße) se révèle moins austère et montre un style plus ouvragé que la face campagne. Deux rangées de larges baies sont surmontées d’une double horloge.

L'Altpörtel côté ville © Dickelbers - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

L’Altpörtel côté ville © Dickelbers – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons


Les Français épargnent l’Altpörtel de Spire

Les troupes de Louis XIV épargnèrent fort heureusement l’Altpörtel en 1689, lors de la Guerre de Succession du Palatinat.

Les circonstances du sauvetage de l’Altpörtel implique justement les troupes françaises qui occupaient Spire en 1689.

Le maréchal Duras avait bien prévu de démolir la tour en y faisant placer des explosifs. Mais le monastère des Carmes, situé à proximité, avertit le maréchal français que l’effondrement de la tour pourrait mettre en danger :

  • le monastère lui-même
  • et surtout le siège de commandement français établi non loin de là.

Duras répondit aux moines qu’ils n’avaient rien à craindre. Les soldats français savaient comment dynamiter l’édifice sans danger.

Altpörtel de Spire - Galerie © Hermann Luyken - licence [CC0] from Wikimedia Commons

L’Altpörtel de Spire vu de l’emplacement des Carmélites © Hermann Luyken – licence [CC0] from Wikimedia Commons

Des Carmélites tenaces

Mais les Carmélites insistèrent. Ils se mirent à genoux devant le Français en plaidant :

“La structure de notre monastère est vieille et faible. La chute de la tour provoquerait l’effondrement de notre propre édifice. Puissiez-vous montrer compassion et épargner la tour”.

Après réflexion, le maréchal leur répondit :

“Relevez-vous, la tour restera en l’état”.

Etrange décision alors que le reste de la ville de Spire, dont la cathédrale, n’étaient plus qu’un tas de gravats.

L’Altpörtel reste donc l’un des rares témoignages des fortifications médiévales de Spire. Le mur d’enceinte de la Ville impériale comprenait quelques 68 tours et portes fortifiées.

L'Altpörtel de Spire la nuit. Photo : Hermann Luyken (Public Domain)

L’Altpörtel de Spire la nuit. Photo : Hermann Luyken (Public Domain)


La vue depuis l’Altpörtel de Spire

Je vous recommande de monter les marches jusqu’aux arcades. A 30 mètre au-dessus du sol, vous serez récompensé par une vue superbe sur la ville et ses alentours.

En montant les escaliers, vous franchirez une succession de niveaux. Certains abritent des salles d’exposition comprenant des panneaux explicatifs sur l’histoire du monument et des fortifications de Spire.

A l'intérieur de l'Altpörtel © Muck - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

A l’intérieur de l’Altpörtel © Muck – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Une fois arrivé en haut, vous n’avez qu’une lourde porte à pousser pour vous retrouver sur la galerie. Le panorama est à coupler le souffle.

D’un côté, la Gedächtniskirche et l’église Saint-Joseph, et en arrière-plan les montagnes du Palatinat, de Landau à Bad Dürkheim.

La Gedächtniskirche et la Josephskirche vues de l'Altpörtel de Spire © Roman Eisele - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

La Gedächtniskirche et la Josephskirche vues de l’Altpörtel © Roman Eisele – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

De l’autre côté, les monuments du centre historique de Spire de part et d’autre de la Maximilianstraße jusqu’à la célèbre cathédrale. Au loin, les montagnes de Heidelberg et, au nord, les industries de Ludwigshafen et Mannheim.

La cathédrale de Spire vue de l'Altpörtel de Spire © Roman Eisele - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

La cathédrale de Spire vue de l’Altpörtel © Roman Eisele – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Passons de l’autre côté de l’Altpörtel en entrons dans le centre historique de l’ancienne Ville impériale.


La Maximilianstraße, la Voie Triomphale de Spire

A Spire, on n’avait pas besoin d’Haussmann pour créer des percées dans le tissu urbain médiéval !

Car depuis le 11e siècle, Spire possède sa Hauptstraße. Bien plus qu’une Grande-Rue, il s’agit ici d’une vraie Voie Triomphale, une Via Triumphalis.

La Maximilianstraße vue de l'Altpörtel © PQ3 - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

La Maximilianstraße vue de l’Altpörtel © PQ3 – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Longue de 700 m, elle est délimitée par deux monuments : l’Altpörtel à l’ouest et le Kaiserdom (cathédrale impériale) à l’est.

Lors des grandes fêtes religieuses, l’empereur accompagné de sa cour l’arpentait en procession.

Maximilien et sa French connexion !

En 1816, la rue prit le nom de Maximilianstraße, d’après Maximilien Ier (1756-1825), le premier roi de Bavière.

Maximilien de Wittelsbach grandit à Strasbourg et fut également comte de Ribeaupierre (Ribeauvillé) en Alsace. Le parrain de son fils ainé Louis n’était qu’autre que Louis XVI.

Aujourd’hui, la rue a une vocation commerciale. On y trouve de nombreux magasins et boutiques.

Les célébrations des 2000 ans de Spire en 1990 furent l’occasion d’interdire le traffic automobile sur la Maximilianstraße. Cela eut pour conséquence l’apparition de nouvelles terrasses de cafés.

Vous y découvrirez les traditionnels vendeurs de Bretzels, un des emblèmes de Spire.

La vue de la porte sur la Maximilianstrasse et la cathédrale © AnRo0002 - licence [CC0] from Wikimedia Commons

La vue de la porte sur la Maximilianstrasse et la cathédrale © AnRo0002 – licence [CC0] from Wikimedia Commons

Les monuments de la Maximilianstraße

Entre l’Altpörtel de Spire et la cathédrale impériale, la rue est bordée de plusieurs maisons à pignons du 18e siècle. Aucune maison ne date d’avant l’incendie de 1689 causé par les troupes françaises. Il existe très peu de maisons à colombages (numéro 86 – datant de 1700, Baroque tardif) car après l’incendie de 1689, on a préféré reconstruire en pierre.

Trois édifices majeurs ponctuent la rue commerçante :

L’Alte Münze (numéro 90), l’Hôtel de la Monnaie qui marque en quelque sorte le centre la rue, entre l’Altpörtel et la cathédrale.

L'Alte Münze, Spire © Immanuel Giel - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

L’Alte Münze, Spire © Immanuel Giel – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

La Rathaus (numéro 12), ce bâtiment de style baroque tardif est reconnaissable à sa façade rouge. Il abrite la mairie de Spire. Rathaus, Spire © Dickelbers - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Rathaus, Spire © Dickelbers – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

La Stadthaus (numéro 100), un imposant bâtiment néo-Baroque datant de 1903, construit en grès rouge de carrières en Lorraine. La Stadthaus, Spire © Gerd Eichmann - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

La Stadthaus, Spire © Gerd Eichmann – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Pour aller plus loin, découvrez mon article sur la cathédrale impériale de Spire.


Pour en savoir plus sur Spire en Allemagne

  • Mon article détaillé sur la cathédrale de Spire : symbole impérial en Allemagne.
  • Mon article détaillé sur la Gedächtniskirche de Spire, l’église commémorative de la Protestation
  • Le site officiel de la Ville de Spire (en allemand ou en anglais – eh non, il n’est pas disponible en français !)
  • La page Wikipedia sur Spire
  • La liste des hébergements pour organiser votre séjour à Spire
  • Retrouvez sur Instagram les plus belles photos de Spire sur les profiles suivants : VisitSpeyer et ILoveSpeyer. Idéal pour vous donner une idée du patrimoine spirois !
Timbre de 1990 pour les 2000 ans de Spire

Timbre de 1990 pour les 2000 ans de Spire


Une épingle pour Pinterest

Altpörtel de Spire - Pinterest

Avez-vous visité Spire ? Si oui, qu’est-ce qui vous a plu dans sa découverte ? Dites-moi tout ci-dessous 🙂


Tweet

wallpaper-1019588
La cathédrale de Spire : symbole impérial en Allemagne
wallpaper-1019588
Camping en famille : comment réussir ses vacances ?
wallpaper-1019588
Le fort des Capucins à Crozon
wallpaper-1019588
Les chaînes à neige sont-elles obligatoires ?
wallpaper-1019588
Top 5 des plus belles plages de Corse