Voyage historique au cœur de la Décapole alsacienne

Tweet

Je me souviens de ce cours d’histoire dispensé en classe de 4e au lycée & collège français de Landau en Allemagne. Notre professeur nous avait concocté une étude de cas un peu en-dehors du programme officiel. Celle-ci traitait d’une alliance de villes alsaciennes au moyen-âge dont faisait partie Landau. C’était la première fois que je découvrais l’existence d’une “Décapole alsacienne” et déjà à l’époque, ce nom me laissait rêveur. Aujourd’hui, on évoque la Décapole avec une pointe de nostalgie. Un âge d’or révolu certes, mais qui continue d’inspirer nombre d’amoureux du patrimoine. Partons à la découverte de cette ligue unique et mythique, du nord au sud de l’Alsace. 

La Décapole alsacienne : qu’est-ce que c’est ?

Attardons-nous un peu sur des questions de sémantique avant de rentrer dans le vif du sujet !

L’origine du mot “décapole”

Le mot “décapole” vient du latin decapolis, emprunté au grec ancien δεκάπολις (décapolis). Il est composé de :

  • δέκα (déca) “dix” et
  • πόλις (polis) “ville“.

Comment appelait-on la Décapole à l’époque ?

J’ai récemment appris que la dénomination de “Décapole alsacienne” était inconnue à l’époque de la ligue.

A l’époque, on désignait la Décapole alsacienne par les termes de :

  • Gemeine Richstette = villes d’Empire associées, ou
  • Richstette gemeinlich im Elsass = villes d’Empire associées en Alsace

Aujourd’hui, en allemand, on la désigne sous le nom de Zehnstädtebund ou Dekapolis.

C’est l’historien Jean-Daniel Schoepflin (1694-1771) qui, dans L’Alsace illustrée publiée en 1751, popularisa le nom de “Décapole” :

“Je l’appelle Décapole, parce que le plus souvent la confédération compte dix villes. On connaît des Décapoles en Italie, Asie Mineure et Palestine”.

En effet, on ne peut s’empêcher de penser à la Décapole du Proche Orient, une région hellénisée qui s’étendait au sud et à l’est de la Mer de Galilée. On retrouve cette ligue de 10 villes grecques dans les Evangiles (Matthieu 4:25, Marc 5:20 et Marc 7:31). Elle regroupait :

  1. Damas (Syrie)
  2. Philadelphia (Amman en Jordanie)
  3. Rhaphana (Capitolias, Bayt Ras en Jordanie)
  4. Scythopolis (Baysan ou Beït-Shéan en Israël), la seule ville à se situer à l’ouest du Jourdain
  5. Gadara (Umm Qeis en Jordanie)
  6. Hippos (Hippus ou Sussita)
  7. Dion (Tell al-Ashari en Syrie)
  8. Pella (Tabaqat Fahil en Jordanie)
  9. Gerasa (Jerash en Jordanie)
  10. Canatha (Qanawat en Syrie)
Carte de la Décapole biblique © Nichalp - licence [CC BY-SA 2.5] from Wikimedia Commons

Carte de la Décapole biblique © Nichalp – licence [CC BY-SA 2.5] from Wikimedia Commons

Ainsi, l’évocation de la Décapole antique donna un caractère mythique à l’ancienne ligue de 10 villes alsaciennes.

C’est cet aspect un brin nostalgique d’une prospérité révolue qui attire aujourd’hui nombre de touristes dans ces belles cités. Des localités qui, disons-le, n’ont pas perdu de leur charme !

Wissembourg © French Moments

Le quartier romantique du Schlupf à Wissembourg © French Moments

Les caractéristiques de la Décapole alsacienne

Dans les années 1340, dix villes d’Empire libres, situées en Alsace, décidèrent de fonder une ligue d’entraide et de soutien réciproque, à la fois sur le plan militaire et économique.

Le 28 août 1354, le futur empereur du Saint Empire Germanique, Charles IV, officialisa l’alliance par le traité fondateur de la ligue.

Une assistance militaire

Dans un pacte d’assistance militaire, les 10 villes se promettaient secours mutuel si l’une d’elle était menacée par un agresseur extérieur (attaque ennemie) ou par des difficultés internes (révolte). Elles acceptaient, en outre, de régler à l’amiable les éventuels litiges qui pouvaient les opposer les unes aux autres.

Décapole alsacienne : Kaysersberg © French Moments

Fresque à Kaysersberg © French Moments

Une assistance économique

La ligue assurait une assistance financière dans le cas où une de ses villes faisait banqueroute. Cette dernière caractéristique fait de la Décapole alsacienne une ligue unique en son genre.

Autour de Strasbourg - La Halle aux blés, Obernai © French Moments

Obernai : la Halle aux blés © French Moments

Ainsi, entre 1425 et 1460, les dix villes alliées se portèrent mutuellement assistance plus d’une centaine de fois.

Toutefois, les dix villes occupaient toutes la même place au sein de la ligue. Il n’existait aucun lien hiérarchique ou de subordination entre elles.

De plus, la Décapole alsacienne n’interdisait pas à ses membres de contracter d’autres alliances. L’idée était de mener une politique prudente tout en se refusant à jouer un rôle d’envergure dans la région du Rhin supérieur. Dès lors, il était important maintenir la prospérité et la paix.

Cette stabilité dans la durée explique l’originalité de la Décapole par rapport aux autres confédérations ou alliances urbaines dans le Saint-Empire romain germanique.

La vue du Pont Saint-Pierre, Colmar © French Moments

Le quartier de la Petite Venise alsacienne à Colmar © French Moments


La naissance et l’organisation de la Décapole

En 1342, dix villes alsaciennes se regroupèrent à Sélestat pour créer la Décapole.

A sa création, la confédération urbaine comprenait les dix villes alsaciennes suivantes :

  • Haguenau (6 000 habitants au 14e siècle),
  • Wissembourg (3 500 hab.),
  • Obernai (2 000 hab.),
  • Rosheim (1 000 hab.),
  • Sélestat (4 000 hab.),
  • Colmar (6 000 hab.),
  • Turckheim (1 000 hab.),
  • Kaysersberg (1 000 hab.),
  • Munster (1 000 hab.),
  • Mulhouse (1 000 hab.)

Décapole Alsacienne : carte et blasons © French Moments

Comme on peut le constater, l’alliance ne concernait pas toutes les villes d’Alsace, qui au 14e siècle, étaient au nombre de 70. Toutefois, les 10 cités de la Décapole alsacienne avaient un atout primordial par rapport à d’autres villes telles Saverne, Rouffach, Thann, Altkirch ou Belfort : leur statut de villes d’Empire qui leur permettait une certaine autonomie face aux pouvoirs environnants.

Mais, à ses débuts, la ligue était répartie équitablement du point de vue géographique. Elle comprenait :

  • cinq villes de Basse-Alsace (Wissembourg, Haguenau, Obernai, Rosheim, Sélestat)
  • cinq villes de Haute-Alsace (Colmar, Turckheim, Munster, Kaysersberg, Mulhouse).
Autour de Strasbourg - Obernai © French Moments

Obernai © French Moments

L’organisation de la Décapole alsacienne

La Décapole alsacienne était placée sous le patronage d’un représentant de l’empereur romain germanique dans la région. Pour l’Alsace, le siège du Landvogt (ou Grand Baillage d’empire) se situait à Haguenau. Cette ville devint une sorte de chef-lieu ou capitale symbolique de la Décapole.

Marché de Noël de Haguenau © French Moments

L’ancienne Chancellerie de Haguenau à Noël © French Moments

Colmar avait pour mission de s’occuper des affaires étrangères. Des réunions des députés de la Décapole avaient lieu dans la grande salle à l’étage du Koïfhus (ou Ancienne Douane, bâtiment de 1480).

Curiosités de Colmar - décapole alsacienne © French Moments

Le Koïfhus (Ancienne Douane) de Colmar à Noël © French Moments

Les réunions communes se tenaient le plus souvent à Sélestat, grâce à sa position centrale en Alsace. On s’y réunissait de quatre à dix fois par an, pendant une journée. C’est également à Sélestat que la ligue fixa le siège de ses archives. En effet, la ville était avec Strasbourg la seule ville d’Alsace à avoir une corporation de bateliers. Haguenau et Colmar possédaient chacun une clé du coffre dans lequel on plaça les archives de la ligue.

Décapole alsacienne - Sélestat : la Tour de l'Horloge © French Moments

La Tour de l’Horloge, Sélestat © French Moments

Pourquoi Strasbourg n’a pas fait partie de la Décapole alsacienne ?

Strasbourg n’a jamais fait pas partie de la Décapole alsacienne. Par ailleurs, la ville possédait le statut de ville libre d’Empire et non de ville d’Empire.

Oui, je sais tout ceci devient compliqué.

Au moyen-âge, on faisait une différence entre :

  • une ville d’Empire (Reichsstadt) et
  • une ville libre (Freie Stadt).
Rue de Rohan Strasbourg

La pittoresque rue de Rohan de Strasbourg © French Moments

Les villes d’Empire

Les villes d’Empire (Reichsstadt) relevaient directement de l’empereur du Saint-Empire romain germanique. Elles jouissaient de libertés et de privilèges en vertu de leur statut. Outre de bénéficier d’une large autonomie, elles exerçaient leur propre juridiction. De ce fait, elles étaient placées sur un pied d’égalité par rapport aux princes.

De nombreuses petites villes du Sud-Ouest de l’Allemagne ont obtenu le statut de Ville libre : Raversbourg, Rothenbourg, Schwäbisch Hall, Annweiler et nos villes de la Décapole alsacienne. Souvent, à l’extinction de la famille de seigneurs locaux au 13e siècle, les villes acquirent l’immédiateté impériale (c’est-à-dire qu’elle relevaient directement de l’empereur du Saint-Empire).

Colmar vers 1750

Colmar vers 1750

Les villes libres

Les villes libres (Freie Stadt) avaient été placées sous le pouvoir temporel d’un prince-évêque (Cologne, Augsbourg, Spire, Bâle, Strasbourg, etc.) avant de s’émanciper de leur emprise (souvent au prix de luttes et de révoltes internes). Contrairement aux villes d’Empire, les villes libres n’étaient pas tenues de contribuer en hommes et en argent aux croisades et autres guerres menées par l’empereur.

Vers la fin du Moyen Âge, les droits et obligations des villes libres devinrent semblables au statut des villes d’Empire. C’est ce qui explique que l’on confonde les deux termes.


L’évolution de la Décapole alsacienne

La Décapole alsacienne a survécu aux guerres et crises des 14e, 15e et 16e siècles : guerre des paysans, avénement de la Réforme.

Les guerres de religion

La crise religieuse du 16e siècle trouve son origine dans l’avènement du protestantisme en Europe. La Décapole fut durement secouée par les événements, mais malgré les différents choix confessionnels de ses membres, la ligue resta soudée.

Ainsi, au début du 17e siècle, la Décapole inclut :

  • trois villes protestantes (Wissembourg, Landau, Munster)
  • deux villes « mixtes » (Haguenau, Colmar)
  • cinq villes catholiques (Kaysersberg, Obernai, Rosheim, Turckheim, Sélestat)

Le cas de Seltz

De 1358 à 1418, une 11e ville libre rejoignit la Décapole : Seltz.

Décapole alsacienne - Seltz : rue du Général Schneider © Ralph Hammann - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Seltz – rue du Général Schneider © Ralph Hammann – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Devenue ville libre d’Empire en 1357, l’empereur Charles IV intégra Seltz l’année suivante dans la Décapole.

En 1414, l’électeur palatin Louis III du Palatinat s’empara de Seltz qui devint palatine (jusqu’en 1680). Dès lors, elle ne fut plus ville libre et quitta la Décapole. Curieusement, l’assaillant de Seltz n’était autre que le landvogt d’Alsace qui siégeait à… Haguenau, chef-lieu de la Décapole.

Le cas de Mulhouse

En 1515, à la suite de la Guerre des Six deniers, la naissante République de Mulhouse préfère se rapprocher de la Confédération helvétique et devenir un canton apparenté (Zugewandter Ort).

Décapole alsacienne - Place de la Réunion, Mulhouse © French Moments

Place de la Réunion, Mulhouse © French Moments

Dès lors, la Décapole alsacienne ne fut plus présente dans le sud de l’Alsace, Colmar devenant la ville la plus au sud de la ligue.

Le cas de Landau

La défection de Mulhouse fut compensée par l’entrée de Landau, une ville prospère du Palatine grâce au commerce du vin. L’empereur Charles Quint officialisa son entrée en 1521, dix ans après l’avoir placée sous la protection de la Prévôté de Haguenau.

Décapole alsacienne - plan de Landau au 17e siècle

La participation de Landau à la Décapole lui vaudra de partager la destinée de l’Alsace française.

En effet, aux Traités de Westphalie (1648), Landau devint française et Vauban la fortifia en créant la forteresse de Landau (1688-1691). Ce n’est qu’en 1815 que Landau fut rattachée au royaume de Bavière puis au Reich allemand en 1871. Etant restée alsacienne pendant 304 ans (1511-1815), plusieurs considèrent que Landau est la seule partie de l’Alsace historique à se trouver aujourd’hui en Allemagne.

Aujourd’hui, Landau in der Pfalz est située à 20 km de la frontière française sur la route des vins allemande. Cette ville du palatinat (46 600 habitants) est jumelée avec Haguenau.

Décapole alsacienne - Landau © King Otto - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Les environs de Landau © King Otto – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons


La fin de la Décapole alsacienne

Le Traité de Westphalie signé à Münster le 24 octobre 1648 attribuait l’Alsace au royaume de France.

Mais les dispositions du traité étaient peu précises et sujettes à ambiguïté.

Les Habsbourg cédaient au roi de France tous les territoires qu’ils possédaient en Alsace (le Sundgau), ainsi que les droits dont ils y jouissaient (le landgraviat de Haute-Alsace, le grand bailliage impérial à Haguenau).

Toutefois, le Traité de Münster stipulait que les villes libres ne dépendaient pas du droit français mais de celui du Saint-Empire romain germanique.

Cette ambiguïté fut levée par le Traité de Nimègue en 1678. En vertu de l’accord, la Décapole cessa d’exister et les villes membres devinrent françaises pour de bon.

maison Faller-Brief de Kaysersberg

Kaysersberg © French Moments


Visites des villes de la Décapole d’Alsace

Pour terminer cet article, voici quelques vues des 12 villes qui ont été membres de la Décapole d’Alsace (du nord au sud).

Landau

Décapole alsacienne - Rathausplatz, Landau in der Pfalz © Tilman2007- licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Rathausplatz, Landau in der Pfalz © Tilman2007- licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

L'église Sainte-Marie et la Gründerzeithaus de Landau © Immanuel Giel - licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

L’église Sainte-Marie et la Gründerzeithaus de Landau © Immanuel Giel – licence [CC BY 3.0] from Wikimedia Commons

Décapole alsacienne - Rathausplatz, Landau in der Pfalz © Ralph Hammann - licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Rathausplatz, Landau in der Pfalz © Ralph Hammann – licence [CC BY-SA 3.0] from Wikimedia Commons

Découvrez le bon pays de l’Ami Fritz.

Wissembourg

Maison du Sel à Wissembourg © French Moments

La maison du Sel à Wissembourg © French Moments

Le cloître de l'abbaye de Wissembourg © French Moments

Le cloître de l’abbaye de Wissembourg © French Moments

La place de la République à Wissembourg © French Moments

La place de la République à Wissembourg © French Moments

Découvrez le marché de Noël de Wissembourg.

Seltz

Décapole alsacienne - Seltz © Ralph Hammann - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Mairie de Seltz © Ralph Hammann – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Seltz - la nef de l'église Saint Etienne © Ralph Hammann - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Seltz – la nef de l’église Saint Etienne © Ralph Hammann – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Décapole alsacienne - Seltz © Ralph Hammann - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Maison à colombages, Seltz © Ralph Hammann – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Haguenau

Tour des Pêcheurs, Haguenau © Szeder László - licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

Tour des Pêcheurs, Haguenau © Szeder László – licence [CC BY-SA 4.0] from Wikimedia Commons

L'église Saint-Georges de Haguenau © French Moments

L’église Saint-Georges de Haguenau © French Moments

Noël à Haguenau © French Moments

L’hôtel de ville de Haguenau à l’heure bleue © French Moments

Découvrez le marché de Noël de Haguenau.

Obernai

Autour de Strasbourg - les remparts d'Obernai © French Moments

Autour de Strasbourg – les remparts d’Obernai © French Moments

Autour de Strasbourg - Obernai © French Moments

Autour de Strasbourg – Obernai © French Moments

Marché de Noël d'Obernai © French Moments

L’entrée du marché de Noël d’Obernai © French Moments

Découvrez le marché de Noël d’Obernai.

Rosheim

Autour de Strasbourg - l'église romane de Rosheim © French Moments

L’église romane de Rosheim © French Moments

Autour de Strasbourg - Porte fortifiée à Rosheim © French Moments

Porte fortifiée à Rosheim © French Moments

Autour de Strasbourg - Cave viticole à Rosheim © French Moments

Cave viticole à Rosheim © French Moments

Sélestat

église Sainte-Foy de Sélestat

La façade de l’église Sainte-Foy © French Moments

Sélestat © French Moments

Place du marché aux choux © French Moments

Découvrir Sélestat : mon itinéraire de visite © French Moments

Le quartier des tanneurs © French Moments

Découvrez la ville de Sélestat en Alsace centrale.

Kaysersberg

Coups de cœur dans le Haut-Rhin - Kaysersberg © French Moments

Coups de cœur dans le Haut-Rhin – Kaysersberg © French Moments

Photos de printemps en Alsace - Kaysersberg © French Moments

Le château vu du vignoble © French Moments

église sainte-croix de Kaysersberg

L’église vue du château © French Moments

Découvrez mon itinéraire de visite de Kaysersberg.

Turckheim

Maison à colombages, Turckheim © French Moments

Maison à colombages, Turckheim © French Moments

Prendre de la hauteur en Alsace

Turckheim © French Moments

Poteau cornier, Maison Alsacienne à Turckheim © French Moments

Poteau cornier, Turckheim © French Moments

Munster

Munster © French Moments

Dans la ville de Munster en Alsace © French Moments

Le Munster © French Moments

Le munster dans toute sa splendeur ! © French Moments

Col de la Schlucht © French Moments

Le Col de la Schlucht © French Moments

Découvrez le munster, le vénérable fromage des Vosges.

Colmar

Cycliste à Colmar © French Moments

Cycliste à Colmar © French Moments

La maison Pfister à Colmar © French Moments

La maison Pfister à Colmar © French Moments

Petite Venise de Colmar © French Moments

La Petite Venise alsacienne de Colmar au printemps © French Moments

Découvrez la ville de Colmar, la capitale de Vins d’Alsace.

Mulhouse

Mulhouse © French Moments

Rue du Vieux-Mulhouse © French Moments

La Place de la Réunion à Mulhouse © French Moments

La Place de la Réunion à Mulhouse © French Moments

Roue de Mulhouse - Le drapeau mulhousien, rue Mercière © French Moments

Le drapeau mulhousien représentant la Roue de Mulhouse © French Moments

Découvrez la ville de Mulhouse, ville célèbre pour ses musées techniques.


Pour en savoir plus

Sites de référence

Une épingle pour Pinterest

Décapole alsacienne Pinterest © French Moments

Avez-vous aimé la lecture de cet article ? Si oui, partagez-le à vos amis, sur Facebook, Twitter ou Pinterest 🙂


Tweet

wallpaper-1019588
Сomment se divertir pendant ses vacances au cœur du Canada ?
wallpaper-1019588
Сomment se divertir pendant ses vacances au cœur du Canada ?
wallpaper-1019588
La cathédrale de Spire : symbole impérial en Allemagne
wallpaper-1019588
La musique hongkongaise que j’aime
wallpaper-1019588
Projet 52: les animaux de la maison
wallpaper-1019588
En route pour de nouveaux voyages
wallpaper-1019588
15 mai – Women like us
wallpaper-1019588
14 mai – Ce rêve bleu…