histoire de vovinam

histoire de vovinam

De nos jours, il existe plusieurs courants martiaux vietnamiens dont l’origine remonte au 19e-20e siècle. Cependant, en termes de popularité, le Vovinam est le numéro 1. Si Vovinam s’impose au détriment des autres courants, c’est grâce à son organisation très hiérarchisée et disciplinée. Aucune autre école martiale n’est en mesure de monter une confédération à l’échelle mondiale comme Vovinam. Selon les derniers chiffres de 2019, Vovinam est présent dans 72 pays, sur tous les 5 continents. En France, il y a eu 10,000 adeptes en 2014, selon la Fédération française de Vovinam. Au Vietnam, il y en  a 2 millions. Et dans le monde entier, il y en a 700,000. C’est le seul sport vietnamien qui atteint le statut international avec plusieurs niveaux de championnat.

histoire de vovinam

Avec une si large couverture planétaire, il faut savoir que Vovinam est un courant martial relativement jeune. Apparu pendant les années 1930, Vovinam est beaucoup plus jeune que le karaté ou judo. Vovinam se démarque de tous les autres arts martiaux par son parcours atypique. Il a fallu se faire connaître  à l’international avant de conquérir ses propres compatriotes. En effet, normalement, un art de combat commence par la naissance dans son pays, puis se faire adopter par les gens du pays, puis par les adeptes internationaux. Vovinam a tout fait à l’inverse! Ça commence par la création de la Fédération internationale de Vovinam puis celle de l’Asie. La Fédération nationale de Vovinam fut créée au Vietnam en 2007 seulement !

histoire de vovinam

Au Vietnam, c’est surtout le terme Vovinam qui est le plus utilisé, alors que le terme « Viet Vo Dao» est plutôt répandu à l’étranger. Selon la définition conventionnelle, Vovinam est la source et Viet Vo Dao est fruit d’une longue évolution de Vovinam. Tout a commencé au Nord Vietnam qui était sous l’occupation française. En ce qui concerne la guerre d’Indochine, tout le monde connaît Ho Chi Minh comme père de la nation vietnamienne moderne. Mais peu de gens connaissent d’autres grands hommes qui ont aussi contribué à la formation du Vietnam contemporain. Parmi eux, il y a Nguyen Loc, fondateur de Vovinam.

Né pleinement dans la colonisation française, Nguyen Loc a eu la chance de grandir dans une famille aisée. Faisant partie de la bourgeoisie vietnamienne, il a suivi une formation scolaire à l’occidentale, un peu comme son contemporain Ho Chi Minh. À l’âge adulte, Nguyen Loc a dû faire un choix entre deux orientations conflictuelles : s’aventurer dans la voie de libération du peuple vietnamien ou rester tranquillement dans le confort bourgeois si bien concocté par le régime colonial. Propulsé par la haine contre l’occupation française, il a rapidement pris le choix d’éliminer le colonialisme. À l’instar de Ho Chi Minh, Nguyen Loc est arrivé à la même conclusion : pour libérer le pays, il faut déclencher la patrie des tous les Vietnamiens, la résilience et la cohésion du peuple. La seule différence par rapport à Ho Chi Minh reste dans l’approche. Ho Chi Minh s’engage dans la carrière politique alors que Nguyen Loc s’oriente plutôt dans les arts martiaux. Ho Chi Minh mixe les idéologies politiques à sa sauce pour former la sienne. Nguyen Loc mixe les courants martiaux pour créer le sien.

histoire de vovinam

Nguyen Loc a consacré une dizaine d’années aux travaux de recherche, afin de reconstituer la quintessence des arts martiaux du Vietnam. En d’autres mots, il a dû sillonner dans tout le pays pour collecter des renseignements disparates et bâtir une doctrine unifiée et solide. C’était une mission ultra difficile. Comme dans plusieurs pays, avant de devenir un sport, les arts martiaux étaient utilisés initialement dans l’armée à des fins militaires. Les arts martiaux sont intimement liés au destin du Vietnam puisque le pays à travers plus de 2000 ans d’histoire remplie de guerres. Suite à une multitude de guerres, les arts du combat furent divisés en plusieurs écoles dispersées un peu partout dans le pays.

histoire de vovinam

Face à ce bazar, Nguyen Loc a repéré deux points communs de toutes les écoles :  esprit patriotique dans le fond et lutte corps à corps dans la forme. Il a décidé de prendre ces deux éléments fondamentaux pour constituer sa nouvelle discipline. En plus du socle, il a intégré de meilleurs éléments de Shaolin, Tai Chi, Karate, Judo, muay Thaï et boxe. Le fruit de sa recherche donne naissance à Vovinam.  En 1936, Nguyen Loc a créé Vovinam en toute discrétion. À cause de la censure coloniale, les classes de Vovinam se faisaient en clandestinité. Après la disparition du régime colonial en 1954, la situation n’était pas meilleure pour Vovinam. L’école martiale peine à décoller à cause du statut de Nguyen Loc. En effet, même si le fondateur a fait beaucoup de choses pour la Nation, son « track record» de fils de bourgeois n’était pas très bien vu par le régime communiste. Pour sauver sa peau, il a dû quitter le Nord Vietnam pour s’installer à Saïgon qui était sous le contrôle du gouvernement Ngo Dinh Diem (pro américain).

C’est en plein conflit de la guerre froide que Vovinam a pu se développer au Sud Vietnam. Suite à la mort de Nguyen Loc  en 1960, son successeur Le Sang a déclenché une deuxième phase importante de Vovinam. Si Nguyen Loc est un créateur – entrepreneur, Le Sang est un bâtisseur. Grâce à ce dernier, Vovinam s’est mieux structuré en termes de hiérarchie organisationnelle et de méthode pédagogique.

histoire de vovinam

En tant que le meilleur successeur de Nguyen Loc, Le Sang a eu la mission de mieux dégager les valeurs morales du Vietnam à travers Vovinam. Pendant son mandat, Le Sang a mené un vaste chantier de réforme. L’une des premières actions à mettre en place fut la création des uniformes. C’est pendant les années 1960 qu’a apparu l’uniforme bleu si reconnaissable de nos jours. Pour les praticiens de Vovinam, le bleu d’océan symbolise plusieurs choses : la paix, l’espoir, la générosité, et aussi l’agilité. Selon la phisolophie de Vovinam, les arts martiaux aident les adeptes à devenir des citoyens généreux et  vivre en harmonie avec la société. Grâce à l’éducation morale de Vovinam, on maîtrise mieux ses émotions comme on maîtrise de l’eau de la mer (d’où la couleur bleue d’océan). On essaie d’être calme comme la mer calme. Mais si nécessaire, on peut devenir hyper puissant, comme la force de la mer agitée avec ses vagues de tempête.

histoire de vovinam

Sous le mandat de Le Sang, le processus de saluer fut aussi formalisé. Lors d’un entraînement, les adeptes se saluent en mettant une main au niveau de la poitrine. La posture de la main ressemble à un sabre qui tranche la tête de l’ennemi. Cela symbolise le courage et le sang froid. En même temps, la même main se pose au-dessus de la poitrine, où se positionne le cœur. Ce geste symbolise la générosité. Le tout correspond à un proverbe vietnamien : « la main d’acier sur le cœur de bonté ».

histoire de vovinam

Ce processus de salutation reflète parfaitement le concept de l’équilibre Yin – Yang. C’est pourquoi on remarque le symbole Yin – Yang dans le logo de Vovinam. L’éducation morale de Vovinam se veut équilibrée entre la souplesse et la force. On essaie d’être calme et vivre en harmonie avec le monde. Mais si les gens nous font trop chier, on n’hésite pas à le faire savoir à travers la fermeté. Cet esprit n’est pas propre à Vovinam. Cet art martial est plutôt un outil moral qui dégage le mieux l’esprit Yin – Yang du peuple vietnamien.

À travers l’histoire du Vietnam, on sait que le pays a traversé de multiples guerres. Le Vietnam a rarement guerroyé dans le but de faire une expansion au détriment des pays voisins. Les deux exceptions sont peut-être l’élimination du royaume Champa au 18e siècle et l’invasion au Cambodge en 1979. Ses luttes militaires étaient souvent dans le but de défendre ses territoires intérieurs. Comme si bien reflété par Vovinam, l’esprit des Vietnamiens consiste à vivre en paix avec ses voisins. Par contre, si les envahisseurs étrangers viennent mettre en péril la nation, les Vietnamiens répondent avec fermeté, que ce soit diplomatique ou militaire. On constate cette réaction à plusieurs reprises : les Chinois, les Mongols, les Français, puis les Américains. Ils ont tous tenté de dominer le Vietnam et fini par se faire écraser sans pitié. Cette caractéristique innée se traduit par le troisième symbole de Vovinam : le bambou.

histoire de vovinam

Intimement lié au peuple vietnamien, le bambou signifie non seulement le maintien de l’équilibre Yin – Yang mais aussi l’esprit collectif. On remarque que le bambou ne reste jamais seul en unité. Il y a toujours les haies de bambou. Autrement dit, les unités de bambou restent toujours soudées en groupe, à l’image du peuple vietnamien toujours solidaire en communauté. L’union fait la force.

L’équilibre Yin – Yang de Vovinam est comme celui du bambou qui fut utilisé par les Vietnamiens lors des tactiques militaires contre les envahisseurs. Je cite 4 exemples emblématiques :

  • Au 11e siècle, le bambou a repoussé les Chinois (dynastie Song)
  • Au 13e siècle, le bambou a écrasé 3 fois les Mongols de Gengis Khan
  • Au 20e siècle : la guérilla derrière les haies de bambou a mis à genoux les Français
  • Pis, 1975, les pièges à bambou ont percé des G.I américains

Il y a un point commun entre ces différentes luttes : les Vietnamiens utilisent la philosophie de bambou dans les tactiques militaires : combinaison entre la souplesse et la force. Face à un ennemi beaucoup plus puissant, comme le bambou en état souple, les Vietnamiens se battent en retraite et abusent à volonté la guerre d’usure. Quand l’énergie et le moral des ennemis sont au plus bas, comme le bambou, les Vietnamiens se mettent à l’offensive comme un raz de marée. Le bambou de Vovinam hérite directement de cette tradition millénaire.

histoire de vovinam

Sous le leadership charismatique de Le Sang, Vovinam a pu s’étendre dans l’ensemble des couches sociales au Sud Vietnam pendant les années 1960. Ce courant martial fut enseigné dans plusieurs écoles à Saigon. Alors le Vietnam était en pleine guerre américaine, c’était paradoxalement l’apogée de Vovinam. Malgré les conflits militaires, la ville de Saison était parmi les métropoles les plus florissantes de l’Asie. Avec le soutien extrêmement favorable du régime du Sud, Vovinam fut intégré complètement dans la société.

histoire de vovinam

Cette discipline était enseignée dans l’armée, dans la police et dans l’éducation nationale. À l’époque, pour obtenir le baccalauréat, il fallait réussir un niveau intermédiaire de Vovinam ! Dans les yeux du gouvernement du Sud, Vovinam est le symbole de l’unité du peuple vietnamien. Vovinam a largement bénéficié du rayonnement géopolitique de Saigon pour se propager à l’international. Le Sang et son équipe a déployé des de multiples efforts pour promouvoir Vovinam en Europe et en Afrique du Nord.  C’est pendant les années 1970 que Vovinam a fait son introduction en France.

histoire de vovinam

À l’issue de la guerre américaine en 1975, Vovinam s’est plongé dans une sombre période. En effet, dans un Vietnam unifié sous le contrôle du gouvernement communiste, l’image de Vovinam était intimement liée au régime adversaire. Autrement dit, Vovinam était considéré comme un traître contre le pouvoir communiste. De ce fait, sa pratique était interdite sur le sol vietnamien. Vovinam a dû largement s’appuyer sur la diaspora vietnamienne en exil à l’étranger pour se développer. Les communautés vietnamiennes en Amérique du Nord et en Europe ont essentiellement contribué au niveau que l’on connaît aujourd’hui. Pendant la période entre 1975 – 1988, tandis que Vovinam était au point mort à l’intérieur du Vietnam, cette école martiale a connu une percée incroyable à l’international.

histoire de vovinam

C’est seulement à partir des années 1990 que l’État vietnamien a reconnu la légitimité de Vovinam sur son sol. Le régime l’a vu comme un pont de réconciliation sociale et diplomatique vis-à-vis de la diaspora vietnamienne à l’étranger. En effet, à l’heure de mondialisation, le régime communiste devrait se servir de la force de cette diaspora pour booster son économie. Voilà pourquoi Vovinam est soudainement monté en puissance dans les années 2000. Désormais, Vovinam est le seul ambassadeur des arts martiaux vietnamiens. L’État le voit comme moyen de faire rayonner son « soft power» à l’international.

histoire de vovinam

Au-delà de la technicité sportive, les forces distinctives de Vovinam restent dans sa racine vietnamienne. On retrouve l’esprit patriotique et surtout la philosophie confucéenne dans sa pratique.

histoire de vovinam

Chaque année, lors de l’anniversaire de la mort de Nguyen Loc, de nombreux disciples dans le monde entier se ruent au Vietnam pour rendre hommage au fondateur. Lors d’un voyage au Vietnam, si vous êtes passionné par les arts martiaux, n’hésitez pas à visiter l’autel de Nguyen Loc à Saigon. Puis, pourquoi pas assister à une classe de Vovinam au Vietnam. Les établissements sont présents un peu partout dans le pays.


wallpaper-1019588
Nerekhta-les-Chambranles
wallpaper-1019588
cours de cuisine avec Van Anh
wallpaper-1019588
Cancale une cité bretonne remarquable
wallpaper-1019588
Au Cap d’Antibes sur le sentier du littoral
wallpaper-1019588
Walt Disney World, 10 ans après
wallpaper-1019588
Sunny Monday #23
wallpaper-1019588
Les capitoles
wallpaper-1019588
La musique hongkongaise que j’aime