Thursday Thunder: a brexit video game, what the fuck?!?


Si le titre vous choque, ne continuez pas à lire, la suite risque d’être pire. J’ai rarement été aussi livide de rage. La BBC fait la promotion d’un jeu vidéo style jeu d’action sensé se dérouler dans une Angleterre dystopienne post brexit, où je cite : « Europeans have been rounded up and exiled » , les européens ont été regroupés (comme du bétail) et exilés, pour ne pas dire déportés. C’est sensé être humoristique. C’est clair, j’en pleure de rire. Ou de désespoir. Je mets le lien ici pour ceux qui ne me croiraient pas, mais attention c’est à vomir. Ils n’ont pas osé fait un jeu vidéo sur le ghetto de Varsovie alors ils ont imaginé la même chose avec des européens en uk, c’est ça? Non, je ne fais pas un point Godwin, je décris tout simplement ce « jeu ». Tout va bien, on s’éclate en brexitland. Quand je dis que je suis livide de rage, c’est un euphémisme.

Thursday Thunder:  a brexit video game, what the fuck?!?

Je précise avant tout que je suis entièrement d’accord avec Desproges : on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui. Mais pour ça, il faut déjà qu’il y ait quelque chose qui fasse rire. Que la blague soit drôle. Qu’il y ait une blague. Je veux bien que ce jeu vidéo se présente comme sarcastique, mais je ne vois vraiment pas. Il ne suffit pas dire qu’on est sarcastique pour le devenir. Au contraire, si ça l’était vraiment, pas besoin de le préciser, ça sauterait aux yeux. Alors que 3,8 millions d’européens (et plus en comptant leurs conjoints britanniques) vivent dans l’angoisse depuis juin 2016, alors qu’ils ne savent toujours pas si ils pourront rester et à quelles conditions, si ils devront abandonner leur emploi, leur foyer, leur famille d’ici mars, deux connards dénués de la plus petite once d’empathie, pondent un jeu où on est sensé être dans un monde où les Européens ont été enfermé et déportés et c’est supposé être désopilant. Je cite toujours ces génies de la programmation : « people of European heritage have been relocated to ghettos ». Dans le scénario merveilleux imaginé par ces deux immondices, le joueur doit aider les bailleurs à débusquer les européens qui essaient, les lâches de se loger pour la nuit alors qu’évidemment, ils n’en ont pas le droit (d’où le titre hautement comique de la chose: not tonight). Visiblement au dernier niveau, le nazi virtuel le joueur travaille comme agent aux frontières. Un des créateurs de cette ignominie a expliqué s’être inspiré de son expérience personnelle quand il était teenager et voulait rentrer dans un night-club alors que les videurs l’en empêchaient …alors déjà, connard décérébré, les européens sont en Angleterre légalement. C’est ton gouvernement de fachos qui change les règles a posteriori. Pour reprendre ton analogie, c’est comme si le videur t’avait laissé rentrer à 18 ans et qu’une fois à l’intérieur on te dise qu’il faut avoir 20 ans finalement. Et ben dans ton jeu, ça mérite la déportation. Parce que le malheur des autres, c’est hilarant. La xénophobie, les discriminations d’état, les ghettos, la déportation, c’est à mourir de rire et ça vaut bien qu’on en fasse un petit jeu vidéo…je n’ai même pas de mot pour exprimer tout le mépris que tu m’inspire.

Les deux nazillons créateurs expliquent doctement que c’est un jeu pour tous, remainers (ceux qui ont voté pour l’Europe au référendum) comme brexiters, que ça peut les aider à dialoguer. Je ne vois toujours pas. Faire semblant par manette interposée de déporter des gens, ça renforce l’amitié? Et c’est sympa de vouloir faire s’éclater ensembles les remainers et les brexiters, mais les européens, vous savez ceux que vous traitez comme des sous hommes à chasser dans votre jeu, ils n’ont pas droit à la parole, eux? Et pour la suite, vous avez prévu quoi, un jeu où celui qui tue le plus d’européens gagne? Ghetto Empire 2.0? Hitler 2018? Warsaw Odyssée? Goulag Raider? Qu’est-ce qu’on s’amuse. Et la BBC (financée par la redevance, y compris celles de ces sales migrants européens à déporter pour rigoler un peu) de sortir benoîtement un sujet sur ce « jeu » , sans aucun recul, aucune analyse, rien puisque c’est pour le fun. C’est comme si France 2 proposait un sujet léger sur un jeu de rôle sur un camp de concentration, entre un reportage vérité sur la pêche aux crevettes et des idées de sorties pour le week-end. La seule question que la BBC se pose, c’est de savoir si ça intéresse les gens, un jeu sur le brexit. Non mais relisez-vous, fascist cunts, ce n’est pas un « jeu sur le brexit » , c’est un jeu sur la création de ghetto pour descendants d’européens, sur la déportation et l’élimination des européens, et vous balancez ça comme ça négligemment entre deux articles, comme si c’était normal, what the fuck is wrong with you? Je me sens mal, très, très mal.

C’est rare, mais je ne sais même plus quoi dire. Que des pauvres minables trouvent ça suffisamment drôle pour en faire un jeu, c’est déjà effarant, mais que la BBC en fasse la promo comme si de rien n’était…welcome to brexit Britain.


wallpaper-1019588
Croisière d’observation des baleines à Newport Beach
wallpaper-1019588
{On a testé pour vous} Un atelier Kapla
wallpaper-1019588
7 bonnes raisons d’aller à l’île Maurice
wallpaper-1019588
Madère, une île à découvrir
wallpaper-1019588
Le monde de Coca Cola à Atlanta
wallpaper-1019588
Xmas addict 2018 day 16
wallpaper-1019588
Projet 52: sapin
wallpaper-1019588
Mon quotidien en photo